30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilSociétéIndexation : démobilisation générale et effets pervers

Indexation : démobilisation générale et effets pervers

La mobilisation ne fut pas au rendez-vous de ce qui devait être le baroud d’honneur face à la détermination du gouvernement. Une indexation acquise néanmoins, et dont il faudra surveiller les effets pervers à Mayotte. C’est la rage dans les yeux que la petite centaine de manifestants a constaté les dégâts occasionnés par la scission au sein de l’Intersyndicale. Alors que l’appel à manifester ce jour devait servir de soupape de sécurité pour éviter une paralysie des examens du bac la semaine prochaine, tout en maintenant une pression d’un taux à 53% sur le gouvernement, l’absence de plusieurs leaders de syndicats départementaux, ainsi que de branches a jeté le trouble !
« C’est Mayotte qui abandonne son avenir au profit de l’égoïsme ! » se lamentait une manifestante CFE-CGC du Centre Hospitalier de Mayotte. Car les enseignants du second degré sont accusés d’avoir joué perso en décidant finalement d’accepter les propositions du gouvernement. La déception est d’autant plus forte que certains syndicalistes n’ont pas eu peur du paradoxe en appelant les parents d’élèves à se joindre à leur mouvement ce jeudi, « pour éviter la paralysie des examens ! »… Peu importe le statut de chômeurs ou de non fonctionnaires desdits parents. Et le 1er ministre enfonce le clou en entérinant le montant arrêté lundi 10 juin : ce sera 40% sur 5 ans. 40%, « le même taux que les autres départements d’Outre-mer » ainsi que le rappelle le communiqué de presse reçu des ministères de la Réforme d’Etat et de la Fonction publique, et de l’Outre-mer. Port Saïd Ansiffoudine, FSU SNUIPP, en convient, « mais à La Réunion, l’Etat met la main à la poche pour que le taux atteigne 53% dans la fonction publique d’Etat ».

Un acquis rétroactif et progressif

Les cabinets de Marylise Lebranchu et de Victorin Lurel, rappellent que cet acquis est rétroactif au 1er janvier 2013 et sera progressif sur 5 ans, pour atteindre 40% de sursalaire en 2017. Le rythme de la mise en place n’est par contre pas précisé par le gouvernement… alors que l’Intersyndicale résume « 5% les deux premières années, et 10% sur les trois autres ».
« Un bilan de la mise en œuvre de la majoration sera effectuée à mi parcours en 2015 » signale-t-on du côté des ministères concernés. L’indexation génératrice d’injustices Mercredi, une intervention opportune du directeur de la Banque de France, remettait en cause le procédé même d’indexation des salaires outre-mer, « vecteur de vie chère par l’élévation des prix qu’elle génère ». Télescopée ou non, cette sortie n’est pas un scoop, et la remise en cause de l’indexation est récurrente.
A la fois censée rendre attractif un territoire, et à la fois pensée pour combattre le différentiel de prix avec la métropole, le système peut tendre vers un effet pervers. En effet, l’inflation, toujours plus élevée à Mayotte, par exemple, qu’en métropole, est provoquée par une insuffisance de biens au regard de la demande ou par rapport à la masse monétaire. Lorsque cette monnaie arrive en nombre, et c’est le cas avec l’indexation, les prix augmentent, appauvrissant ceux qui ne sont pas salariés. Or à Mayotte, environ 35 000 personnes seulement sur 212 000 habitants sont en situation d’activité salariée, contre 51% d’inactifs (personnes en âge de travailler sans emploi).
Avec l’indexation, la garantie offerte à certains l’est donc au détriment des autres. De plus, nous avons déjà vu que les fonctionnaires ne seront pas égaux face à l’indexation, les collectivités locales ayant du mal à la budgétiser. On comprend alors que des divergences puissent exister au sein même des fonctionnaires et à fortiori, avec la population. L’attractivité du territoire étant en jeu puisqu’il manquera mille enseignants dans le secondaire en septembre 2013, on comprend que le gouvernement applique cette indexation, mais il faudra sans doute davantage à Mayotte qu’ailleurs, en surveiller les effets néfastes.
A.L.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139503
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139503
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139503
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139503
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139503
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139503
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...