24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEconomieLa nouvelle fiscalité peut impacter les prix à la consommation

La nouvelle fiscalité peut impacter les prix à la consommation

Dans le méandre des chiffres engendré par l’arrivée de la réforme fiscale, des millions se baladent. Le président de l’association des maires tient là un moyen de faire baisser les prix.

Des prix sujet de tension en 2011
Des prix sujet de tension en 2011

En 2014, date de tous les bouleversements fiscaux, ces impôts locaux que sont les taxes foncières et d’habitation vont abonder les recettes des communes. Elles vont se rajouter à la Dotation globale de Fonctionnement et à la Dotation générale de Garantie (Octroi de mer, taxe sur les produits importés).

Mais Ibrahim Boinahery accuse l’Etat d’avoir fait des économies sur la tête de l’habitant : « la part d’octroi de mer allouée au Conseil général et aux communes a été fixée à un montant égal aux recettes douanières de 2012, soit environ 120 M€. Or en plafonnant l’octroi de mer allouée au Conseil général comme il l’a fait pour les communes, on aurait pu dégager 50M€ qui auraient pu permettre de diminuer les taxes sur les marchandises importées, et donc de baisser les prix à la consommation”.

En clair, le président de l’association des maires reproche à l’Etat de ne pas puiser dans ses propres caisses pour compenser le manque à gagner du Conseil général, mais de le faire au moyen de l’octroi de mer. « Ce sont donc les habitants qui, à travers leurs achats, vont suppléer l’Etat » critique Ibrahim Boinahery, connu pour attaquer régulièrement les positions de Paris.

La fenêtre de tir des parlementaires

Du côté de la préfecture, les calculettes ne donnent pas les mêmes montants : « après déduction de toutes les taxes et charges imputables au Conseil général, à l’Europe et aux communes, il ne reste de l’octroi de mer qu’une grosse dizaine de millions d’euros » explique Jacques Witkowski après avoir précisément détaillé chaque affectation. Il insiste sur son choix d’avoir, « à budget constant, opté pour la fiscalité la plus faible sur les produits de consommation courante ». Mais qui ne feront que compenser une taxe supplémentaire imposée par l’Europe, le Tarif extérieur commun. « Les prix des produits du bouclier qualité prix seront protégés » rassure le représentant de l’Etat.

Reste à savoir ce qu’il advient des 10M€ baladeurs et qu’Ibrahim Boinahery destinerait bien à faire baisser d’autant les taxes sur les produits importés (Outre-mer externe). Or, il est fort probable que la somme reparte dans les caisses de l’Etat, au lieu, comme ce serait logique, d’affluer vers les communes de Mayotte…

Mais tout n’est pas perdu, rappelons-le, nos parlementaires ont dans les mains des amendements possibles pour modifier cette loi de finance. Quel poids auront-ils ?

Du côté de la Préfecture, on se réjouit qu’avec une diminution des dépenses de l’Etat de 15 milliards d’euros, le Conseil général de Mayotte ne soit pas mis à contribution, quand Ibrahim Boinahery n’en démord pas, « la consigne de Bercy que la départementalisation de Mayotte ne coûte pas un euro à l’Etat est respectée ! »…
A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...