26.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilSociétéLa violence sur les femmes s’affiche à nouveau

La violence sur les femmes s’affiche à nouveau

La campagne d’affiches géantes avait marqué les esprits en 2012 sur la Place de la République. Elles témoignaient toutes, à visage découvert, de la violence contre les femmes. Rééditées, leur impact aurait besoin d’être évalué.

Moinaecha Noéra Mohamed et Lima Wild partenaire pour cette campagne
Moinaecha Noéra Mohamed et Lima Wild partenaire pour cette campagne

Pour préparer la journée de violences faites aux femmes du 25 novembre, et dans la continuité du Protocole du même nom, la Direction de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DJSCS) a choisi de réimprimer une série de 300 affiches où jeunes et vieux, mahorais(e)s, mzungus (européen(ne)s) ou comorien(ne)s témoignent. Elle était le clou de la journée de 2012 sur le thème « Ne laissez personne vous abîmer ».

Certains des hommes ou femmes qui ont ainsi prêté leur image sont connus, Moncef, Gilles, Sandati, Jeff Ridjali, d’autres pas, Bourdati, Halima, Jane…  Ils ont tous été témoins ou victimes de violences, « un jour en voiture, un ami a frappé sa femme enceinte » témoigne Sandati, « pourquoi certains hommes trompent-ils leur femme qui se sent alors dévalorisée », « j’avais 9 ans et à l’école coranique on m’a frappé pour rien » témoigne Lima Wild, partenaire de la campagne avec son association « S’Apromay » de promotion de Mayotte.

Les affiches s’approprient les murs de la Caisse d’allocations familiales, de la Caisse de Sécurité sociale, du Comité départemental de l’accès au droit, de l’Unité d’Action sociale du Conseil général, de l’Association pour la Condition féminine et des violences faites aux femmes (ACFAV) ou de Tama, les structures signataires du protocole, et prochainement dans les mairies et autres lieux publics comme les établissement scolaires.

Le tableau de bord de la douleur

Un jeu de petites cartes informatives sera proposé dans tous les établissements d’accueil du public. Il incite à la réaction les victimes de violence dans le couple, physiques, mais aussi psychologique (privation d’argent, insultes, dénigrement) ou sexuelles (rapports forcés). Les numéros de téléphone d’urgence, médicaux ou de conseil juridiques y sont notés, ainsi que le gratuit 5555.

La DJSCS bénéficie donc d’un budget État, «de 150 000 euros pour la cause des femmes, notamment par le biais de subventions versées aux associations», dont 3 000€ ont été utilisés pour les affiches. Un budget conséquent pour un impact qui n’a pas été évalué : « nous avons décidé d’établir un tableau de bord en chiffres » signale Moinaecha Noéra Mohamed, chargée de mission au droits de femmes à la Préfecture. Selon elle, à la suite de l’exposition de l’année dernière, les appels ont explosés. Mais une évaluation de la population touchée semble inévitable, du vecteur-affiche utilisé, de même que la capacité d’y répondre.

En effet, une étude métropolitaine effectuée par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales a constaté que, malgré les campagnes de sensibilisation, les victimes de violences conjugales ne semblent pas diminuer et pour cause, « sur 400 000 femmes battues chaque année, seules 10 065 condamnations ont été prononcées ». Autre conclusion, les femmes les plus pauvres sont les plus touchées. Les particularismes mahorais mériteraient une étude poussée de ce type.
Anne P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...