27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilSociétéFlop pour l’opération «sacs-à-dos vides»

Flop pour l’opération «sacs-à-dos vides»

Les opérations Facebook ne sont visiblement pas encore entrées dans les mœurs mahoraises. L’appel «sacs à dos vides» lancé sur le réseau social pour un rassemblement Place de la République n’a pas attiré grand monde ce samedi matin.

SACS A DOS VIDES«C’est un mouvement symbolique qui se présente comme une réponse à la grève des professeurs, explique Yas l’instigateur de la démarche. Pour nous, il y a des raisons beaucoup plus légitimes pour lesquelles toute la population devrait se retrouver dans la rue. C’est pour la réussite éducative des élèves qu’on devrait manifester !»
Yas avait lancé cette semaine un appel au rassemblement baptisé “Sacs à dos vides” en référence “aux manques de moyens et de résultats de l’éducation nationale” à Mayotte. Une réaction aussi à la manifestation de l’intersyndicale dans la semaine en direction de l’aéroport.
«Beaucoup de Mahorais ont un sentiment d’humiliation avec cette grève. On nous dit que les fonctionnaires véhiculent des valeurs républicaines d’égalité, pour une société plus juste, alors qu’ils n’y croient pas. On a l’impression qu’ils ne viennent que pour l’argent.»

Une mère de famille mahoraise en colère se retrouve face à un professeur de Sada, venu pour échanger :
– On nous a donné des leçons, à nous Mahorais, quand on a fait grève parce qu’on a organisé des blocages. Et vous, vous faites la même chose. Vous avez fermé les écoles et reconduit les élèves dans les bus.
– Quand il n’y aura plus d’enseignants à Mayotte, est-ce que ça sera mieux ? interroge le gréviste qui tente de développer l’argumentaire de la rupture du contrat moral par l’Etat.
– Vous voulez partir ? Eh bien, partez ! Il y en aura toujours d’autres qui vous remplaceront !
– Des vacataires, sans diplômes et sans formation…

«Ce qui me met en colère, conclut la mère de famille, c’est qu’ils ont donné des tracts à nos enfants pour leur dire que s’ils partent, il n’y aura pas d’éducation de qualité à Mayotte. Mais on passe notre temps à nous dire que nos enfants n’ont pas le niveau. Qui est-ce qui n’a pas le niveau : les Mahorais ou les profs qui ne savent pas enseigner à nos enfants ?»

Après ce premier rendez-vous manqué, les organisateurs de l’opération «sacs à dos vides» promettent de s’organiser pour jeudi, jour de la nouvelle manifestation de l’intersyndicale.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...