24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilSantéUne nouvelle femme à la tête de l'ARS

Une nouvelle femme à la tête de l’ARS

La directrice s’en va. Vive la directrice ! Changement à la direction de l’ARS (Agence régionale de Santé) de Mayotte. Le JDM s’est entretenu avec Marie-Hélène Lecenne quelques heures avant son départ pour évoquer deux ans de chantiers dans le secteur de la santé. Elle nous dévoile le nom de celle qui va lui succéder.

Marie-Hélène Lecenne ARS MayotteElle est partie aussi discrètement qu’elle était arrivée. Marie-Hélène Lecenne a pris l’avion pour la métropole quittant définitivement le vaste bureau de directrice de l’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte dans lequel elle s’était installée en septembre 2011. Elle a organisé un voulé avec l’ensemble du personnel de l’agence lundi, pour saluer leur travail.
«Les agents de l’ARS sont vraiment motivés, se réjouit Marie Hélène Lecenne. Depuis la longue grève en 2012, tout le monde est mobilisé. On a la dream team !» C’est le travail de terrain des agents qui sensibilisent le plus grand nombre autour des enjeux de la santé qu’elle aime particulièrement mettre en valeur. «L’équipe d’encadrement est aussi très solide avec, en particulier, des cadres mahorais de très haut niveau.»

De nombreuses avancées en deux ans

Les chantiers menés sous sa direction ont été colossaux, à l’échelle des défis que le secteur de la Santé a à relever dans le 101e département. L’ARS durant ces deux dernières années a complètement restructuré le secteur médico-social. «Aujourd’hui, on a cinq établissements autorisés et financés, gérés par des associations très performantes. Vus de Paris, nous n’étions pas crédibles. A présent, on est nickel !»
Ses sujets de fierté sont nombreux : les contrats locaux de santé avec les mairies, l’IREPS* qui est « consolidé en terme financiers et d’organisation » ou encore le rattrapage en matière de vaccination avec la collaboration des infirmières scolaires et d’une équipe mobile du CHM.

La question de l’eau reste évidemment au cœur de l’activité de l’Agence. Alors que 25% de la population de Mayotte n’a pas accès à l’eau potable, le programme d’installation des bornes fontaines se poursuit. 80 ont été installées depuis l’épidémie de choléra de 2001. «L’ARS a aussi démontré qu’elle est capable de piloter des projets structurants. Mayotte compte aujourd’hui 24 captages d’eau, analysés et protégés. On s’est nettement amélioré dans les procédures pour, là encore, gagner en crédibilité. »

Beaucoup de progrès encore à accomplir

“Je ne suis pas angélique non plus, il y a encore beaucoup de problèmes et de chantiers. Mais les énergies sont là pour trouver les bonnes organisations et le bon fonctionnement. C’est ce que j’ai fait avec le CHM en obtenant beaucoup de budgets. J’espère d’ailleurs que cette année, je vais battre le record !»

La liste des progrès à accomplir est encore longue comme par exemple du côté des PMI**, un dossier « complexe », reconnaît Marie-Hélène Lecenne. «On a tenté des choses qui ont échoué». Le positionnement de ces institutions entre les libéraux et le CHM est encore largement à préciser.

« Pendant ces deux ans, beaucoup de mon travail a aussi consisté à démontrer le caractère innovant de ce qui est fait ici. A l’extérieur, on trop souvent une image dévalorisée de Mayotte. Et pourtant, on trouve beaucoup de créativité et de nombreuses expériences qui pourraient inspirer ailleurs».

Un nouveau SMUR et une nouvelle directrice

Marie-Hélène Lecenne s’en va avant l’arrivée du deuxième SMUR à Mayotte à la fin de l’année. Avant également l’arrivée de sa remplaçante, Juliette Corré, qui connaît bien l’Océan indien pour avoir déjà exercé à La Réunion et qui peut se prévaloir de plusieurs expériences dans les cabinets ministériels.

Dès lundi matin, Marie-Hélène Lecenne prend ses nouvelles fonctions, à Lyon. Elle devient directrice du Handicap et du Grand-âge. “Après l’ENA, j’ai beaucoup voyagé : Picardie, Pays de Loire, Languedoc-Roussillon, La Réunion et donc Mayotte. Je vais à présent découvrir la région Rhône-Alpes. Je ne la connais pas du tout.» Elle aura sous sa responsabilité 2200 établissements dans 8 départements.
RR

*IREPS : Instance Régionale d’Education et de Promotion de la la Santé
** PMI : Protection maternelle et infantile

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139122
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139122
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139122
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139122
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139122
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139122
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...