30.9 C
Dzaoudzi
dimanche 5 février 2023
AccueilOcéan IndienAdieux à Mandela : un événement planétaire

Adieux à Mandela : un événement planétaire

De Rémi Rozié, en Afrique du Sud pour le JDM

L’hommage planétaire suscité par la mort de Mandela fait la fierté de l’Afrique du Sud. Le rassemblement sans précédent des Chefs d’Etat ce matin, ne fait pas oublier que, 23 ans après la fin de l’apartheid, les défis du pays ne sont plus raciaux mais sociaux.

A partir de 11 heures ce matin à Upington, la grande ville du Nord-Ouest sur le fleuve Orange, des centaines de personnes suivent l’hommage à Mandela
A partir de 11 heures ce matin à Upington, la grande ville du Nord-Ouest sur le fleuve Orange, des centaines de personnes suivent, en direct sur écran géant, l’hommage à Mandela

C’est le moment de tous les superlatifs. La cérémonie organisée ce matin pour honorer la mémoire de Nelson Mandela est devenue un événement planétaire. Une centaine de Chefs et anciens Chefs d’Etat du monde entier se sont rassemblés dans le stade de Soweto (Johannesburg), le plus grand d’Afrique. Depuis la disparition de Madiba, l’Afrique du Sud vit un moment particulier qui va bien au-delà de l’hommage à l’immense figure historique qui vient de disparaître.
On célèbre la nouvelle nation sud-africaine et sa place singulière acquise sur la scène internationale. Il n’y avait qu’à voir, hier soir à la télévision, les cartes du monde qui présentaient, pays par pays, les personnalités qui devaient faire le déplacement pour les adieux au Grand homme.

Depuis l’annonce du décès de Madiba, les chaînes de la SABC, la télévision publique sud-africaine, consacrent l’intégralité de leur antenne à Nelson Mandela. Dans un programme unique intitulé «Madiba et moi», des personnalités politiques, économiques, sportives, de la sphère culturelle mais aussi de simples citoyens de toutes couleurs livrent, en continu, leurs souvenirs ou ce qu’ils estiment devoir à Nelson Mandela.
Et quelle que soit sa communauté -noir, métis (« coloured »), indiens, blancs- chacun sait l’importance de Mandela dans l’unité de la nation sud-africaine.

Chaque communauté sait ce qu’elle doit à Mandela

La SABC, la télévision sud-africaine, ne diffuse plus qu’un programme unique consacré à la disparition de Mandela avec les messages des téléspectateurs en bandeau
La SABC, la télévision sud-africaine, ne diffuse plus qu’un programme unique consacré à la disparition de Mandela avec les messages des téléspectateurs en bandeau

Dans ces témoignages, il est évidemment beaucoup question d’éducation, les Sud-africains remerciant Mandela d’avoir permis à une génération de noirs et de métis d’accéder à des études supérieures. C’est ainsi que les postes à responsabilité, dans l’économie comme la politique, ne sont plus occupés par les seuls blancs. La première classe moyenne et supérieure de couleur dans le pays est bel et bien une réalité.

Les blancs sud-africains, qu’ils soient anglophones ou Afrikaners (d’origine hollandaise), n’ont pas oublié, eux non plus, ce qu’ils doivent au premier Président noir du pays.
Mandela avait, par exemple, convaincu le pays de se rassembler autour de la coupe du monde de rugby organisée et gagnée par l’Afrique du Sud en 1995, alors que le rugby était un sport emblématique des seules communautés blanches. Un symbole, un de plus, pour faire avancer le pays vers la « réconciliation ». Pour Mandela, la nation sud-africaine ne devait pas oublier l’Histoire mais devait aller de l’avant, dans l’unité. Il savait que le pays devait briser le cercle des rancœurs, aussi justifiées fussent-elles. Pour ne pas s’effondrer, l’Afrique du Sud devait tenter de garder le meilleur de chacun.

Déjà l’après-Mandela

Un homme laisse un message, hier, sur le registre de condoléances à l’embarcadère pour Robben Island, l’ancienne île prison au large du Cap
Un homme laisse un message, hier, sur le registre de condoléances à l’embarcadère pour Robben Island, l’ancienne île prison au large du Cap

Ces obsèques mondiales sont suivies partout en Afrique du Sud. Mais, la réalité est un peu différente de celle présentée par les médias internationaux. Bien sûr, dans de nombreuses villes, les registres de condoléances s’empilent par centaines. Bien sûr, ce matin, dans toutes les grandes villes, des écrans géants retransmettent l’événement du Stade de Soweto. A Upington par exemple, une des agglomérations les plus isolées au Nord-Ouest du pays, des centaines de personnes sont venues pour communier dans ce moment d’unité planétaire.
Pour autant, l’Afrique du Sud ne s’est pas arrêtée. Ce matin, il y avait toujours les mêmes embouteillages au Cap ou à Johannesburg. Dans les bureaux, les commerces ou les champs, la plupart des Sud-Africains sont allés travailler comme chaque jour. Parce que, finalement, le pays est déjà dans l’après-Mandela.

Un long chemin vers l’égalité

L’apartheid a été aboli il y a 23 ans. Le défi de la réconciliation auquel était confronté Mandela semble déjà appartenir à l’Histoire, même si la cohabitation paisible de tant de cultures et de communautés n’est jamais acquise. Car les communautés continuent de vivre les unes à côté des autres. En Afrique du Sud, les gens ne sont plus séparés mais ils ne sont pas encore réellement ensemble.

La Une de « Die Burger » du samedi 7 décembre reprenant les Unes de nombreux journaux internationaux
La Une de « Die Burger » du samedi 7 décembre reprenant les Unes de nombreux journaux internationaux

Les enjeux de l’Afrique du Sud ne sont plus raciaux, ils sont sociaux. Ils résident aussi dans la réduction d’inégalités colossales. Malgré l’émergence d’une classe moyenne de toutes couleurs et la présence de milliardaires, le PIB par habitant sud-africain est inférieur à celui de Mayotte. Certains townships ont changé avec l’apparition de nombreuses constructions en durs et quelques villas luxueuses. Mais la plupart continuent de présenter le visage d’amas de maisonnettes en tôles dans lesquels règnent la misère et parfois d’innombrables violences. Le pays a encore un long chemin vers l’égalité à parcourir.

RR
(Crédit photos : RR ©Le Journal de Mayotte)

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...