24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilFaits divers"Je suis pilote de kwassa, parce que la vie est dure"

“Je suis pilote de kwassa, parce que la vie est dure”

CARNETS DE JUSTICE. Il n’était pas présent à l’ouverture de l’audience. Saïd M. est incarcéré actuellement à la maison d’arrêt de Majicavo. Pourtant, lorsque un prisonnier est convoqué devant la justice pour une affaire, les gendarmes font habituellement en sorte de présenter le prévenu dès 8 heures. Mais ce mercredi matin, le prisonnier est absent. A Majicavo, on n’arrive pas à l’identifier. Le nom et la date de naissance portés sur la convocation ne correspondent à aucun détenu.

Il a pourtant fini par arriver et l’explication du retard s’impose rapidement.
– Quelle est votre date de naissance? demande le président.
– J’ai 21 ans, répond Saïd.
– Sur mon dossier, il est écrit que vous êtes né le 1er janvier 1995. Ca veut dire que vous avez 19 ans ?
– Je ne connais pas ma date de naissance.
Même confusion du côté de son nom. Il en avait donné un à la Police de l’air et des frontières (PAF) lors de sa première arrestation, puis un différent à la gendarmerie au moment de la seconde.
– Vous en avez bientôt un troisième ? ironise le Président.
Les problèmes d’état civil aux Comores posent décidément beaucoup de problèmes à la justice française.

Saïd est à la barre pour avoir piloté un kwassa-kwassa en provenance d’Anjouan le 26 septembre 2013, avec 15 personnes à bord : quatre hommes, six femmes et cinq enfants. L’arraisonnement a eu lieu à 3h30.
L’homme a reconnu les faits, tout comme l’absence de GPS, de gilets de sauvetage ou de tout équipement de sécurité. L’embarcation étant équipée d’un moteur de très faible puissance, à peine 15 CV, au moindre mouvement de mer, le danger est pourtant évident. «Il a transporté des femmes et des enfants qui se retrouvent au fond de l’eau s’il y a un accident», relève la procureure.
Pour le voyage, les passagers avaient déboursé 150 euros chacun. Saïd, lui, touchait 300 euros par traversée.
– Combien de voyages a-t-il fait ? interroge le président. Le traducteur officie.
– Deux voyages, répond Saïd.
– Deux voyages en quatre ans, et deux fois, il se fait prendre par les gendarmes. C’est pas de chance !

Saïd purge actuellement une peine d’un an d’emprisonnement pour avoir déjà convoyer des migrants clandestins à bord d’un kwassa en 2010. Mais il a appris cette condamnation lors de sa deuxième interpellation. Le fichier national des empreintes digitales a trahi son identité et donc l’existence d’un mandat d’arrêt contre lui. Entre temps, Saïd était reparti à Anjouan.

Il n’a pas d’avocat pour se défendre mais il demande au tribunal de ne pas être sévère. Il a des difficultés à joindre les deux bouts, son père est décédé, la vie est dure. Des arguments que le tribunal va entendre. Il est condamné à 8 mois de prison avec sursis. «Cela signifie, explique le président, qu’à la fin de la peine que vous purgez à Majicavo, si vous recommencez, vous devrez faire ces huit mois de prison en plus d’une autre peine.»
Saïd a compris mais la vie est dure. Saura-t-il résister à cet argent à portée de main ? Le tribunal en a fait le pari.
RR

VOIR LES AUTRES CARNETS DE JUSTICE

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...