26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 février 2023
AccueilPolitiqueAccueil du public, immigration, Europe : le bilan 2013 de la préfecture

Accueil du public, immigration, Europe : le bilan 2013 de la préfecture

Le préfet a présenté ses vœux au personnel de la préfecture ce lundi matin. L’occasion de dresser un bilan chiffré de l’action de l’Etat à Mayotte en 2013 et de présenter des projets.

Jacques Witkowski, le préfet de Mayotte, ce lundi matin à Mamoudzou
Jacques Witkowski, le préfet de Mayotte, ce lundi matin à Mamoudzou

«On ne perçoit pas toujours la vie d’une préfecture qui est aussi une administration par elle-même» soulignait Jacques Witkowski, le préfet de Mayotte, lors de ses vœux aux personnels ce matin à Mamoudzou. Cette cérémonie était donc l’occasion de revenir sur l’action des différents services préfectoraux. Des 70 indicateurs de suivis, on apprend par exemple que la préfecture gère 16.000 appels téléphoniques par mois et traite 84% des courriers qu’elle reçoit dans un délai de 5 jours ouvrés.

De façon moins anecdotique, le préfet et le secrétaire général ont fait le point sur les nombreuses missions de l’Etat à Mayotte l’an dernier.

Immigration et réforme de la politique des étrangers
– 15.908 étrangers en situation irrégulière ont été «éloignés» en 2013.
– Près de 13.500 dossiers de “premières demandes” de titre de séjour ont été déposés à la préfecture l’an dernier. Ce nombre a connu une croissance particulièrement importante de 286%. On n’avait, en effet, compté que 3.500 demandes en 2012.
– En 2013, 4.700 cartes de séjour temporaires «1ère demande» (contre 1.993 en 2012 soit +135%) ont été délivrées et 11.300 cartes de séjour temporaire « renouvellement». «Qu’on ne s’y méprenne pas, précisait François Chauvin, le secrétaire général de la préfecture. Ce sont des étrangers qui, au fil des 15 ou 20 dernières années, ont vécu et construit une vie à Mayotte.»
– Sur ce dossier, le préfet a annoncé «une réforme du droit de séjour et de la politique des étrangers» à Mayotte pour cette année. «Une ordonnance est en cours de préparation» et la phase de concertation est entamée, a-t-il précisé.

Europe
– La préfecture planche sur les dossiers européens. Elle a déjà pris une part active à la préparation de l’intégration de Mayotte au sein des RUP, les régions ultrapériphériques européennes, au 1er janvier 2014. La préfecture travaille sur les éléments qui vont servir aux discussions avec l’Union européenne (UE) et engager Mayotte pour les 6 ans à venir.
– Le poste de SGAR (Secrétaire général aux affaires régionales) va être officiellement créé dans les semaines qui viennent. C’est lui qui coordonne la politique de l’État en matière de développement économique et d’aménagement du territoire ainsi que les relations entre l’Etat et le Conseil régional. A Mayotte, il aura également la charge de la gestion des fonds européens.

Collectivités locales
– 166 millions d’euros de dotation de l’Etat ont été apportés aux collectivités locales dont 33 millions d’investissement, l’an passé.
– Une nouvelle négociation du contrat de projet Etat-Région va être engagée. Sur la période 2008-2013, ce sont près de 250 millions d’euros qui ont été versés.
– En 2013, les collectivités locales ont adressé 9.632 actes à la préfecture au titre du contrôle de légalité. 58 recours ont été engagés devant le tribunal administratif.

Commandes
32.852 bons de commandes et factures ont été émis par tous les services de l’Etat à Mayotte, hors Vice-rectorat. Ils sont dématérialisés et gérés sur une plateforme informatique commune.

Réforme de la préfecture et accueil du public
Manuel Valls, le ministre de l’intérieur, a qualifié de «prioritaire» la restructuration de la préfecture de Mayotte, a annoncé le préfet. Et pour cela, un budget pluriannuel semble déjà acquis.
Parmi les changements importants à venir, un nouveau bâtiment “pour un accueil digne de ce nom” du public va être construit. Ce «pôle d’accueil» devrait voir le jour en 2015.

Jacques Witkowski a rappelé le cap qu’il fixe à tous les personnels de la préfecture. Pour lui, l’Etat doit être lisible : «rien n’est pire qu’une action qui serait mise en œuvre sans être compréhensible par tous». L’Etat doit être réactif : «rien n’est pire qu’il faille revenir 5 fois quand on peut faire une démarche une seule fois.» Enfin, l’Etat doit être modeste, «cette modestie fera la grandeur de notre action vis-à-vis du public» a-t-il conclu.
RR

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...