26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilSantéStratégie nationale de santé : Mayotte a son mot à dire

Stratégie nationale de santé : Mayotte a son mot à dire

L’Agence régionale de Santé (ARS) Océan indien organisait une journée de débat public autour de la Stratégie nationale de santé. L’objectif est de refonder le système à l’échelle nationale en y intégrant les questions particulières des régions.

ARS STRATEGIE NATIONALE DE SANTELe chantier lancée par Marisol Touraine, la ministre de la santé, a trouvé un large écho à Mayotte. L’ambition est immense : «refonder le système de santé français pour le rendre plus égalitaire, plus sûr et plus performant». Le projet est crucial pour les années à venir et l’enjeu n’avait pas échappé à tous ceux qui sont concernés, de près ou de loin, par le sujet. 160 personnes avaient fait le déplacement, hier à l’hôtel Sakouli.

Faire entendre des demandes particulières

Partout en France, plus de 200 débats de ce type sont organisés pour faire remonter à Paris les attentes particulières de chaque territoire. La rédaction d’une loi sur la santé publique démarrera dans la foulée, au mois de mars. «Si on veut des éléments ou un chapitre de la loi spécifique à Mayotte, c’est maintenant qu’il faut y travailler», prévenait Chantal de Singly, la directrice de l’ARS Océan indien en ouverture des travaux.

La stratégie nationale de santé voulue par la ministre repose sur trois piliers complémentaires. Elle veut d’abord miser sur la prévention : agir tôt et fortement sur tout ce qui a une influence sur notre santé. Ensuite, l’idée est d’organiser les soins autour des patients et d’en garantir l’égal accès. Enfin, la ministre veut développer la démocratie sanitaire pour renforcer l’information et les droits des patients.

Mayotte n’est pas si éloignée des problématiques nationales

Les deux députés de Mayotte encadrent le préfet et la directrice de l'ARS pour l'ouverture de travaux
Les deux députés de Mayotte encadrent le préfet et la directrice de l’ARS pour l’ouverture des travaux

Mayotte a de nombreuses spécificités : sa jeunesse, son taux de natalité (40 pour mille), une surmortalité marquée autour de la grossesse ou encore la grande précarité d’une partie de sa population (un habitant sur cinq gagne moins de 200 euros par mois).
Pourtant, sur le fond, les attentes en ce qui concerne une médecine de qualité ou un réseau de professionnels de santé efficace, sont à présent les mêmes qu’en métropole. Comme le rappelait Jacques Witkowski, le préfet de Mayotte, «la population qui n’avait pas exprimé un besoin médical réclame aujourd’hui, légitimement, une égalité de traitement avec les autres DOM et la métropole.»

Cinq priorités

Des ateliers ont permis aux participants d’exprimer leurs attentes en espérant être entendus. «Les éléments à mettre dans la loi seront faits pour faciliter les choses ou servir de levier à l’amélioration du système. Sur l’attractivité médicale par exemple, un problème crucial à Mayotte, s’il y a des choses à écrire, nous le ferons remonter», concluait Chantal de Singly.

Pour ne pas disperser l’efficacité d’un texte très attendu, la ministre a souhaité un nombre restreint de priorités. Il n’y en aura que cinq: la lutte contre les addictions, le cancer, la santé mentale, la santé des personnes âgées et la santé des jeunes. Mayotte a de quoi dire sur bien des sujets.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...