25.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEducation«Cette école mahoraise est un petit bijou»

«Cette école mahoraise est un petit bijou»

Ce vendredi est le dernier jour pour déposer un dossier d’inscription au concours de l’école d’infirmiers de Mayotte. Les candidats sont nombreux à prétendre aux 30 places offertes par l’IFSI qui, au fil des ans, a su s’élever aux standards métropolitains.

IFSI InscriptionLa formation des infirmiers. Voilà un domaine où Mayotte a parcouru un «chemin exemplaire» selon les mots de Josiane Henry, la directrice des écoles paramédicales et donc de l’IFSI, l’Institut de formation en soins infirmiers. «Aujourd’hui, les infirmiers formés à Mayotte ont un diplôme universitaire national qui leur permet d’exercer sur tout le territoire et dans l’ensemble de l’Union européenne.»

Et les candidats se bousculent pour y entrer. Ils seront probablement cette année aussi nombreux que les 450 de l’an dernier à passer les épreuves de ce concours très sélectif. A l’issue de l’écrit et de l’oral, les 30 meilleurs pourront intégrer la formation d’infirmier en trois ans.
«L’an dernier, nous avons eu 72 admis pour 30 places, relève Josiane Henry. Les 42 reçus qui ne pouvaient intégrer l’Institut mahorais avaient la possibilité de chercher une place dans les autres IFSI de métropole».

1979 : première promotion d’infirmiers mahorais

L’école a une place particulière dans le cœur de Josiane Henry. Elle est arrivée à Mayotte en 1979 pour faire passer le diplôme, à l’époque local, à la première promotion d’infirmiers mahorais. «Cette première promotion, avec beaucoup d’autodidactes qui n’avaient pour certains que le niveau 6e, a été le socle à partir duquel on a formé tous les autres», se souvient-elle.

L’école locale devenue IFSI en 2001 a intégré ses locaux actuels dans l’enceinte du CHM, exigus mais particulièrement bien équipés, en 2006. Quant aux étudiants, à peine 10 formés tous les ans aux débuts de l’école, ils sont désormais 30 depuis cette année universitaire dans chaque niveau. «Ce qui est formidable, c’est que nous avons 86% de Mahorais», s’enthousiasme Josiane Henry, très attachée à former des professionnels locaux qui, peu à peu, occuperont les postes actuellement pourvus par des métropolitains de passage.

Des postes à pourvoir

Josianne Henry, la directrice de l'IFSI
Josiane Henry, la directrice de l’IFSI

Sur les 600 infirmiers en poste actuellement sur l’île, on ne compte que 200 Mahorais. Les emplois à pourvoir localement dans les années à venir sont donc très importants. Et si la formation ne concerne que 30 élèves chaque année, c’est une façon de garantir l’accès à des stages en métropole et à La Réunion mais aussi leur excellent niveau.

Les succès sont là, mais l’IFSI de Mayotte ne compte pas en rester là. Les projets sont nombreux dans l’enceinte de l’hôpital et l’école pourrait, dans les années à venir bénéficier de l’extension de son bâtiment, avec à la clé de nouvelles salles de cours et de travaux pratiques, dans des locaux enfin à la dimension des ambitions de l’école.
RR

Pour vous inscrire au concours : les dossiers sont à retirer à l’IFSI. Il faut être bachelier et de nationalité française.

A lire aussi :
Les grands projets du CHM
La Réunion-Mayotte : les noces hospitalières
Sages-femmes : un mois de grève

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...