25.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueiljusticeMaître Mattoir plaide pour la première fois

Maître Mattoir plaide pour la première fois

CARNETS DE JUSTICE. La semaine dernière, le JDM vous faisait découvrir Kassurati Mattoir, première avocate mahoraise. Une prestation de serment et un emballement médiatique plus tard, la voici à l’heure de sa première plaidoirie. Un dossier difficile à défendre.

Me Mattoir«Monsieur le Président, messieurs les assesseurs, madame la procureure…» Aux premiers mots de la première plaidoirie de Kassurati Mattoir, on pouvait percevoir un peu de stress, quelques hésitations, une pression particulière comme un comédien qui monterait pour la première fois sur scène. Mais bien vite, la jeune avocate affute ses arguments, prend de l’aisance.

Le dossier qu’elle a à défendre n’est pas facile. Me Mattoir assiste un jeune homme de 21 ans, Malide, poursuivi pour «violence aggravée par 3 circonstances suivie d’incapacité supérieure à 8 jours». Il risque jusqu’à 10 ans de prison.
Les faits qui lui sont reprochés se sont produits le 6 juin 2013, mais l’histoire commence quelques jours auparavant. Plusieurs personnes viennent «interpeller» Malide et un ami leur reprochant de leur avoir voler une chèvre. Les deux voleurs présumés sont séquestrés, maltraités mais Malide parvient à s’enfuir.

Expédition punitive

Quelques jours plus tard, ce fameux 6 juin, Malide et trois compères montent une expédition punitive. Ils se rendent au domicile d’un de leur ravisseur présumé avec la ferme intention d’en découdre. Et ils se sont équipés : chombo, chaîne à vélo, marteau, bâton. «Ce n’est pas un attirail pour discuter, fait remarquer le Président. C’est un équipement pour aller se battre.»
L’homme visé par l’expédition fait sortir sa femme et ses enfants par l’arrière de son banga avant de se présenter sur le pas de sa porte. A l’issue d’une discussion avec Malide, les deux hommes posent leur chobo à terre et décident de se battre à mains nues. Mais le combat va rapidement tourner en bastonnade. Les trois jeunes qui accompagnent Malide se jettent à leur tour sur leur proie. Les coups sont d’une telle violence que, la bagarre terminée, l’épouse croit son mari mort, gisant dans une mare de sang.

60 jours d’ITT

La victime est pourtant encore vivante et se voit attribuer une interruption temporaire de travail (ITT) de 60 jours. Son poignet gauche a été touché par un coup de chombo qui lui a sectionné les ligaments. Il est incapable d’ouvrir et de fermer la main.

Les autres «complices» étant mineurs, Malide comparaît seul à l’audience d’un tribunal qui ne juge que les adultes. Les plus jeunes passeront, à leur tour, devant un tribunal dans les semaines qui viennent.

«Quoi qu’il se soit passé avec le vol de chèvre, ça ne vous autorisait pas à faire ce que vous avez fait. C’est une explication, pas une excuse», assène le Président Rieux.
Malide est né à Koungou mais il ne parle pas Français. Il n’est allé à l’école que jusqu’en CM2, il ne sait ni lire ni écrire.
«La plupart des jeunes en échec scolaire qui trainent dans la rue tombent dans la délinquance, fait valoir Me Mattoir. Pourtant, Malide n’est connu de personne, ni la police, ni la gendarmerie, ni la justice.» En effet, Le casier judiciaire du jeune est vierge, ce qui a étonné la procureure : «C’est très étonnant d’avoir un tel déchaînement de violence de la part d’un jeune homme qui se comportait jusqu’à présent de façon civile et régulière.»

“La réponse doit être l’éducation”

Me Mattoir se fait pédagogue. «L’expédition punitive est une pratique qu’il n’a fait que répéter. A Mayotte, de tout temps, lorsque les personnes se disent victimes, elles cherchent les coupables. Ce contexte ne peut pas être considéré comme une excuse, mais c’est une répétition de bêtises d’adultes. Malide a arrêté l’école en CM2. Il ne connaît pas la société. Son éducation n’est que celle des adultes autour de lui.»
«Aujourd’hui, la réponse pénale doit être l’éducation pour ne plus qu’il se fasse justice lui-même», conclut l’avocate.

Malide écope de 18 mois de prison avec sursis mais surtout de 200 heures d’intérêt général et d’une obligation de suivre une formation, une tentative de la justice pour l’insérer, enfin, dans une vie sociale. Malide devra aussi indemniser la victime : 5.000 euros de préjudice pour les cinq mois passés sans pouvoir travailler et 3.000 euros de dommages et intérêts qui pourraient encore être alourdis après expertise médicale.

Ce mercredi, dans la salle d’audience du Tribunal de Grande instance de Mamoudzou, Kassurati Mattoir est concrètement devenue avocate.
RR

Voir les autres CARNETS DE JUSTICE.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139125
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139125
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139125
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139125
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139125
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139125
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...