30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilPortraitLe faiseur d'objets

Le faiseur d’objets

Toute la semaine, à l’occasion des 25 ans de l’Adie, le JDM vous propose des portraits de Mahorais qui tentent de créer leur propre emploi grâce au micro-crédit. Aujourd’hui, à Pamandzi, Attoumani a fait de sa passion pour le bricolage, son métier.

Attoumani et son cerf-volant "Aigle royal"
Attoumani et son cerf-volant “Aigle royal” : “Il est aussi grand que moi!”

«Voyez mes mains, comment elles sont ! Moi, je passe tout mon temps à bricoler.» Attoumani Abou-bacar a effectivement les pognes d’un travailleur manuel. Plus qu’un bricoleur, c’est un transformateur de matière, un faiseur d’objet. Avec des bambous, il fabrique des sifflets pour les enfants ou des petits xylophones. Avec le bois, il crée de petits animaux. Mais, ça matière favorite reste les cocos.
«Avec la première peau, je peux faire des fleurs. La 2e protection, je la travaille pour fabriquer des formes ou des cordes. Avec la coque, on peut faire des petites tortues ou des corps de lampes que je peux habiller avec les tiges.»

Sa boutique regorge d’objets en tout genre. Mais sa grande fierté, ce sont ses cerfs-volants. «J’étais en Indonésie quand j’ai vu des jeunes jouer sur la plage. J’ai trouvé ça génial. Au lieu de faire n’importe quoi, les enfants s’amusaient. J’ai pris des modèles et j’en ai fabriqué avec du tissu. Après, je suis allé à Mamoudzou et j’en ai fait décoller un. Tout le monde est venu voir pour essayer !»
Les cerfs-volants, ce sont les plus grands succès de sa boutique. Il en a vendu plus de 200. Mais y a-t-il un objet qui ne soit pas un succès ? Il est lui-même surpris de la rapidité à laquelle ses stocks s’épuisent. A côté de sa «petite » boutique, quand il ne vend pas, il fabrique encore et toujours dans un petit atelier, sans pouvoir tenir la cadence.

Importer ce qu’il ne peut pas fabriquer

Il a bien essayé de faire des masques, mais il n’était pas satisfait du résultat. Alors, Attoumani a décidé d’importer ce qu’il ne pourrait fabriquer lui-même. Afrique, Inde et donc Indonésie, il a fait quelques voyages pour choisir les objets qu’il a ensuite fait venir dans de grandes malles. «C’était une grande aventure, une expérience à vivre ! Des frontières à passer, d’autres façons de se comporter, d’autres langues…» Et apprendre à gérer les importations à Mayotte.
Pour moi, le plus stressant, ça n’a pas été de démarrer. C’est de durer. Satisfaire les demandes des clients, ne pas être en rupture. On me demande toujours des choses nouvelles.

Il a démarré son activité en août mais il n’a ouvert sa boutique à Labattoir qu’en octobre. Là encore, pas facile de trouver des locaux. Il a emprunté partout où il a pu. A l’Adie 5.000 euros, un prêt NACRE de 3.000 euros et à ses proches grâce auxquels il a rassemblé 13.000 euros. «Les premiers que j’ai dû rembourser, c’est la famille ! Dans le monde d’aujourd’hui, on te dit toujours : ‘je te donne de l’argent mais tu rembourses très vite !’»

S’installer dans la durée

Attoumani dans son atelier
Attoumani dans son atelier

Aujourd’hui, il sent qu’il faut passer à la vitesse supérieure. S’agrandir pour installer son activité dans la durée. Il voudrait se rendre, à nouveau, chez ses fournisseurs asiatiques mais cette fois-ci pour remplir un gros container. «Il me faudrait 25.000 euros pour faire ça. L’Adie peut prêter jusqu’à 10.000, il faut que je réussisse à trouver le complément.»

En attendant, il continue de fabriquer les objets que son savoir-faire lui permet de faire naître. «Je suis en train de terminer une fontaine en bois. Je travaille dessus deux ou trois heures par jour. Ca prend beaucoup de temps même si les clients ne s’en rendent pas compte. Ce qui est génial quand tu fais de l’artisanat, c’est quand tu vois que les gens sont touchés par ton travail. Je suis curieux, comme toujours, de savoir qui va acheter ma fontaine et où elle va faire sa vie.»
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139116
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139116
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139116
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139116
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139116
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139116
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...