29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilSociétéUn permis pour l’emploi

Un permis pour l’emploi

L’association Ouvoimoja wa Momojou (Ensemble pour Mamoudzou) a lancé une opération pour permettre à dix jeunes de passer leur permis de conduire gratuitement. La contrepartie : ils doivent suivre des formations et chercher activement du travail.

Mustafa signe la convention "Un permis pour l'emploi"
Mustafa signe la convention “Un permis pour l’emploi”

Les dix premiers bénéficiaires de l’opération «Un permis pour l’emploi» ont signé leur convention. Ils vont pouvoir passer gratuitement leur permis de conduire. Une aubaine pour Mustafa, le premier à poser sa signature ce mercredi. A 21 ans, il habite Mgombani et ne sait pas vraiment de quoi demain sera fait. Avec cette opération, il s’est engagé à entamer activement des démarches de recherche d’emploi et de formations. Il aimerait bien devenir menuisier : «y a plus qu’à», répond l’association qui est à l’origine de l’opération.

Car pour que Ouvoimoja wa Momojou prenne en charge le coût du code et de la conduite, ce qui revient le plus souvent à plus de 1.200 euros, les jeunes ont des obligations. «C’est réglementé, explique Ben Subra de l’école de conduite qui porte son nom, partenaire du projet. Il faut une vraie motivation et quand on signe, il faut aller jusqu’au bout.» Les jeunes auront donc des comptes à rendre sur leurs actions en matière d’insertion professionnelle.

Une société civile qui s’attaque aux problèmes

«C’est une mesure incitative pour que les jeunes exclus du système scolaire, souvent très tôt, trouvent une motivation à entamer des démarches», explique Aress Saïd Ali. Le cofondateur de l’association Ouvoimoja wa Momojou fait partie de cette société civile mahoraise qui émerge et commence à s’attaquer aux problèmes sociaux de l’île. «Nous sommes une bande de potes du centre de Mamoudzou. On est partis faire nos études en métropole et quand on est rentré, on a fait le constat que les choses allaient de plus en plus mal.»
Ils sont donc une dizaine de jeunes trentenaires à avoir créé l’association, en mai 2011, pour tenter d’apporter des réponses aux questions liées à la jeunesse et à la délinquance.

Aress Saïd Ali, le président de l'association Ouvoimoja wa Momojou, explique le dispositif
Aress Saïd Ali, le président de l’association Ouvoimoja wa Momojou, explique le dispositif

Aujourd’hui, l’association compte une centaine d’adhérents et elle a de nombreuses opérations à son actif. Elle a commencé par faire un recensement précis des jeunes du centre de Mamoudzou sans aucune perspective professionnelle et personnelle. Ensuite, elle leur a proposé un accompagnement actif vers pôle emploi ou la mission locale : «il ne suffit pas de s’inscrire et d’attendre, relève Aress Saïd Ali. Il faut obtenir un rendez-vous avec un conseiller et s’impliquer pour chercher des pistes pour son propre avenir».
L’association est aussi au cœur de la résolution de différents conflits entre jeunes qui avaient éclaté à Cavani à la fin de l’année dernière.

Valoriser les études et les parents

Ouvoimoja wa Momojou compte aussi réitérer dans le courant de l’année son opération «Hichima Ya Momojou» (Le lauréat de Mamoudzou) qui récompense à la fois des étudiants qui poursuivent des études longues mais aussi des adultes qui accompagnent les jeunes dans le sport ou les associations.

L’association a reçu le soutien du Conseil général qui lui a versé une subvention de 10.000 euros. Une partie de cet argent a servi à lancer «Un permis pour l’emploi». Ce mercredi après-midi, Sayr a lui aussi signé la convention. Ce jeune homme de 22 ans de Baracani est actuellement en CDD «dans les espaces verts». Avec ce permis, il va pouvoir travailler dans une entreprise de livraison. Et pourquoi pas, un jour, avec l’appui de l’association, monter sa propre entreprise.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...