26.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilEconomiePêcheurs : conflit autour du droit du travail

Pêcheurs : conflit autour du droit du travail

C’est le blocage entre la Direction du travail et les patrons de pêche : faute de bénéficier de contrats de travail semblables à la métropole, ces derniers tombent sous le coup d’une législation plus stricte.

Régis Masséaux, capitaine d'armement de Cap'tain Alandor
Régis Masséaux, capitaine d’armement de Cap’tain Alandor

Ça grogne chez les pêcheurs mahorais. La saisonnalité de leur travail n’est pas prise en compte à Mayotte où n’existe pas de rôle d’équipage. «Ce rôle permet en métropole d’embarquer le marin 3 mois sur un navire, puis 2 autres mois sur un autre au gré des disponibilités», indique Régis Masséaux, président du Syndicat des pêcheurs.

Cette souplesse n’existe pas à Mayotte où la Direction du travail (Dieccte) impose alors à l’armateur de payer à ses marins 169 heures par mois, «un CDI quoi !» Or, depuis 2 mois, le mauvais temps a empêché les pêcheurs de sortir, il n’y a donc pas eu d’entrée d’argent : «en métropole, c’est la Caisse des intempéries qui prend en charge, remboursé par l’ENIM. L’ENIM, c’est la sécurité sociale des marins, qui n’est pas mise en place à Mayotte malgré l’arrivée du droit commun.

Et si les marins ne sont pas payés, c’est du hors contrat, «donc la Dieccte déclare la carte de séjour obsolète !» Car la plupart des marins sont comoriens, «et, c’est un paradoxe, ils sont renvoyés chez eux alors qu’ils ont été formés à l’Ecole d’apprentissage maritime, grâce à un financement à 80% Dieccte qui leur procure une carte de séjour de 9 mois.»

Il y a donc actuellement blocage : les patrons ne veulent pas payer 12 mois de salaires, et la Dieccte de son côté aimerait que se normalise une situation qui pourrait laisser penser que les armateurs locaux profitent d’une main d’œuvre à bon marché. «Ce qui n’est pas le cas puisque je paie mes employés au moins au SMIG et en CDD», rapporte le patron de Cap’tain Alandor.

Une solution a été évoquée par le directeur adjoint de Monique Grimaldi, directrice de la Dieccte : «celle de monter un Comité régional des pêches à l’horizon 2017, avec 30% des marins salariés». Une décision qui devrait amener les premiers rôles d’équipage sur l’île, «et pourquoi pas l’ENIM !»

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139516
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139516
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139516
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139516
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139516
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139516
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...