26.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilExpositionsLe poète n’a pas d’âge

Le poète n’a pas d’âge

Éclatant en métropole dans une saison propice au réveil de la nature et des sens, le Printemps des poètes n’en apporte pas moins à Mayotte qui va vers l’hiver, son lot de découvertes.

"Portrait de notre classe"
“Portrait de notre classe”

L’exposition, modeste, «Au cœur des arts» que l’on peut découvrir au collège de Doujani, met en avant les productions d’enfants de maternelle et élémentaires. Ils concourraient avec leurs enseignants à la récompense de la plus belle œuvre. Une centaine de classes y participaient. C’est celle de Mme Tavanday qui arrivait en tête des CM1, et les élèves d’Emilie Francheterre et Hélène Girault pour les Grandes sections de Maternelle.

Citant Prévert, Patricia Leneutre, conseillère pédagogique au vice-rectorat, et organisatrice du Printemps mahorais, rappelait que «la poésie est le plus beau surnom que l’on donne à la vie».

Des poésies de toutes les couleurs…

Ce dont témoignent les deux ex-aequo de maternelles qui se sont de toute évidence régalées : «les élèves étaient captivés par les poésies que nous avons partagées avec eux pendant 15 jours. Des textes choisis en fonction du rythme et du vocabulaire, et qui les ont aidés ensuite à écrire leur propre œuvre». Un acte qui a permis l’éveil de leur conscience artistique, et un succès qu’elles expliquent par la mélodie, le son qui les captive à cet âge.

La première classe a rédigé une poésie en associant chacun de leurs prénoms à une particularité, et la seconde a dépeint un arc en ciel à la mesure des enfants de toutes les couleurs.

Emilie Francheterre et Hélène Girault
Emilie Francheterre et Hélène Girault avec leurs lots

Un travail sur la poésie qu’elles n’auraient pas effectué sans ces 15 jours préparatoires au «Printemps», «et en particulier grâce à la formation de grande qualité proposée par le vice-rectorat».

La poésie est un support «pour que l’élève expérimente son rapport au monde. L’élève lecteur devient acteur de sa vie», déclarait encore Didier Rigottard. Il concluait la présentation de l’exposition que tout le monde pourra découvrir au collège de Doujani, en citant le fameux cancre de Prévert qui «avec des craies de toutes les couleurs, sur le tableau noir du malheur, (…) dessine le visage du bonheur».

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...