24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilslideBSMA, opération séduction

BSMA, opération séduction

Les jeunes en fin de stage au Bataillon du Service Militaire Adapté (BSMA) ont reçu des mains de leur chef de corps Stéphane Guillaume-Barry leur Certificat d’Aptitude Personnelle à l’Insertion (CAPI) en plein cœur de Mamoudzou, loin de leur cocon de Combani, ce jeudi matin. Et les dernières recrues ont été présentées au drapeau.

Un public nombreux
Un public nombreux

La place de la République, devant le Comité du Tourisme, accueillait pour la première fois des militaires en rangs serrés, qui ont défilé autour de l’ancienne place du Marché, sous les yeux de la population la plupart du temps acquise à la cause. «Je voudrais le même uniforme», rêvait un petit garçon, alors que parmi les plus grands, certains étaient familiers du Bataillon, «j’y suis allé pendant un mois, mais j’ai trouvé un emploi en entreprise entre-temps», indiquait un jeune. Son voisin intègre les rangs en octobre, «mais, ça a l’air compliqué de marcher au pas!»

Le BSMA s’est toujours inscrit dans la vie de la population à Mayotte. Il est, dans les familles, la bouée de secours lorsqu’un adolescent devient perturbateur. Mais depuis 2011, le nombre de postulants est en baisse : «nous avions alors 2,5 candidats pour une place, mais nous perdons 0,5 point par an», indiquait Stéphane Guillaume-Barry lors du Conseil de perfectionnement du BSMA la semaine dernière. Avec prés d’un candidat pour un poste, il fallait réagir, et l’opération du jour pourrait redonner des envies…
CAPI Muzu
La montée en puissance du bataillon qui comptera bientôt 525 stagiaires en 2016 explique ce déséquilibre momentané entre offre et demande, mais pas seulement. «Moi, j’aimerais y entrer, mais je n’ai pas mes papiers», regrette un jeune. Outre la nationalité, les conditions physiques posent problème, «or beaucoup sont inaptes».

Si certains jeunes ce matin confiaient n’avoir pas d’affinité particulière pour l’armée, d’autres gardaient les yeux brillants au passage du défilé.

Jacques-Martial Henry, conseiller général et marsouin
Jacques-Martial Henry, conseiller général et marsouin

Les élus de la mairie de Mamoudzou était présents, maire en tête, «nous avons été très bien reçus», indiquait S. Guillaume-Barry.

Anne Perzo-Lafond

Article précédentSauvée par la manif
Article suivantViolente explosion de véhicule
Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...