24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilslideAllocations familiales : faire parler le décret

Allocations familiales : faire parler le décret

Les discriminations entre enseignants locaux et les «expats» sont en passe d’être gommées. Il reste le bastion des allocations familiales qui ne le serait qu’en 2017. C’est en tout cas ce qui ressort d’un décret dont l’interprétation est critiquée par le syndicaliste Rivo.

Il était rare de voir comme ici, les enseignants métropolitain défiler avec les locaux
Il était rare de voir comme ici, les enseignants métropolitain défiler sur les mêmes revendications avec les enseignants locaux

Le syndicaliste Rivomalala Rakotondravelo et le vice-recteur François Coux continuent à débattre de l’inégalité de traitements des enseignants sur le versement des allocations familiales.

Pour le représentant de l’Éducation nationale, s’il verse bien les allocations familiales aux enseignants métropolitains régis par le décret de 1996 à des taux bien supérieurs aux enseignants locaux, c’est qu’il ne fait qu’appliquer les textes dont l’ordonnance 2002-149 et le décret 2002-423 . De plus, ces deux législations dépendent du ministère des Affaires sociales, et de celui de l’Economie, hors du champ Education nationale donc.

Une situation qui risque de perdurer jusqu’en 2017, année où il n’y aura plus d’enseignants dépendant du décret de 1996. La Caisse d’Allocation Familiale, qui gère actuellement les enseignants dont les centres d’intérêt moraux sont à Mayotte, devrait alors couvrir l’ensemble de la profession.

Mais Rivo ne lâche pas le combat, constatant que le décret 423 invoqué par le vice-recteur ne mentionne pas clairement la catégorie d’enseignants : «il parle de résidents permanents. Or tous les enseignants sont des résidents permanents». C’est là que se situe la subtilité, le terme de résident permanent ne recouvrant théoriquement pas les enseignants sous contrat de deux fois deux ans…

Un décret qui semble à moitié plein ou à moitié vide selon l’interprétation que l’on en fait…

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...