24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilSantéLeptospirose : un nombre de cas déjà supérieur à 2013

Leptospirose : un nombre de cas déjà supérieur à 2013

L’inquiétude sur la propagation de la dengue a fait passer au second plan médiatique les cas de leptospirose. Pourtant, on comptait déjà, fin avril 2014, plus de malades que durant toute l’année 2013. Et tout le monde est concerné.

Des enfants jouent avec un frigo abandonné dans un collecteur d'eaux pluviales à Kawéni
Des enfants jouent avec un frigo abandonné dans un collecteur d’eaux pluviales à Kawéni

On a probablement atteint le pic 2014 de la leptospirose. Avec la fin de la saison des pluies, le nombre de nouveaux cas pourrait décroitre dans les semaines à venir. C’est une bonne nouvelle car à la fin du mois d’avril, le nombre de malades recensé dépassait déjà les 78 cas de 2013. Cette année devrait tout de même rester très en deçà du record atteint en 2011 avec 171 personnes diagnostiquées.

La leptospirose est une maladie bactérienne qui est transmise par l’urine des rats mais aussi des zébus, des chiens et des chèvres. Les déjections des animaux contaminent le sol et se diluent sur de grandes surfaces avec les pluies. C’est alors que la transmission à l’homme peut se produire. «Il suffit qu’une plaie aussi minuscule qu’une piqure de moustique entre en contact avec la bactérie, pour être contaminé», précise Sabine Henry, médecin à l’Agence régionale de Santé (ARS).
Une métropolitaine a ainsi contracté la maladie en cueillant des papayes dans son jardin. Certaines avaient été grignotées par des rats et la patiente n’avait pas prêté attention à une petite coupure à la main par laquelle les leptospires ont pénétré son organisme.

La moitié des malades ont moins de 15 ans

La contamination peut aussi se faire par un contact de l’eau souillée avec la bouche, le nez ou les yeux, pendant une baignade dans une rivière par exemple. Les personnes qui contractent la maladie sont donc souvent des enfants qui jouent pieds nus dans les flaques ou les cours d’eau. Les moins de 15 ans représentent d’ailleurs près de la moitié des personnes concernées cette année à Mayotte. Et ce sont surtout les hommes qui tombent malades, car la maladie concerne particulièrement ceux qui travaillent la terre.

Fait marquant de cette année, les zones urbaines sont concernées, comme à Majicavo, Mtsapéré ou Kawéni. «A Mamoudzou, il est difficile de faire la part des choses entre ceux qui l’ont contracté à la campagne et ceux qui ont été contaminé dans les villages», explique Aboubacar Achirari de l’Agence régionale de Santé (ARS).
Une étude publiée par l’agence en 2011, laissait tout de même entrevoir un profil type du malade, qui habite une maison avec un sol en terre battue ou en vinyle, avec un point d’eau ou une rivière à proximité.

Une maladie qui doit être traitée

Les signes de la maladie apparaissent une ou deux semaines après la contamination. Il s’agit d’une fièvre élevée, des douleurs musculaires ou articulaires avec de forts maux de tête. Les symptômes de la maladie s’apparentent donc à une forte grippe souvent bénigne mais ils peuvent se révéler également beaucoup plus graves. Des atteintes du foie, des reins ou du système nerveux peuvent être constatés.

A Mayotte, deux patients sont décédés l’an dernier mais ils étaient également porteurs d’autres pathologies. Pas de victimes heureusement cette année, mais plusieurs hospitalisations : les formes graves concernent essentiellement des personnes qui tardent à consulter. Car la maladie se soigne avec des antibiotiques et généralement, la convalescence est longue mais sans séquelles.

Des connaissances encore incomplètes

Des études ont été entreprises pour affiner les connaissances sur la maladie dans les régions tropicales concernées. Ainsi à Mayotte prochainement, un travail sera mené par l’ARS et l’Institut Pasteur de Madagascar par des chercheurs qui étudieront des rats contaminés. Et pourquoi ne pas espérer la mise au point d’un vaccin efficace qui fait encore défaut ?

Les bactéries sont très résistantes. Dans l’eau ou la boue, on peut encore en trouver bien après la fin de la saison des pluies. Moralité, ne marchez pas pieds nus et prenez garde à vos petites plaies.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...