29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilslideAgriculture : la porte ouverte aux abus

Agriculture : la porte ouverte aux abus

L’ancien président de la CAPAM, Dani Salim, était jugé en appel avec deux autres prévenus. Des fraudes qui ont profité d’un système particulièrement laxiste.

Dani Salim, ex président de la CAPAM
Dani Salim, ex président de la CAPAM

Dani Salim, l’ancien président de la Chambre d’Agriculture, de la Pêche et de l’Aquaculture de Mayotte (CAPAM) avait été reconnu coupable d’escroquerie, de recel de biens, de faux et d’abus de confiance en octobre dernier, et avait condamné à 6 mois de prison avec sursis, 50.000 euros d’amende et 5 ans d’interdiction d’exercer au sein d’une association.

«A eux trois, ils tiennent les subventions destinées à l’agriculture mahoraise. Les fonds sont détournés, et le train  de vie du président n’est pas celui d’un cultivateur de bananes»… C’est une lettre anonyme arrivée en préfecture qui avait dénoncé Dani Salim, Madjidi Andhume et Madi Laguerra.

Quatre associations sont au cœur d’un système de transfert de fonds, la GPBAM (producteurs de bananes), le Gecopam (Gestion et comptabilité des associations) , Espace Fraîcheur Mahorais (EFM) et l’ADVA (Développement et Vulgarisation agricole).

S’il ne fait aucun doute que des sommes d’argent, 150.000 euros par exemple, ont été transférées de l’une à l’autre, quelques faiblesses du dossier sont soulignées. «Comment expliquer que cette enquête commencée en 2005 est restée 6 ans sur le bureau du procureur?», s’étonne Me Chauvin, l’avocat de Dani Salim.

Pas de contrôle

D’autre part, un coordinateur de la DAAF (organisme d’Etat en charge de l’Agriculture et de la Forêt) supervisait les opérations, et à chaque Assemblée générale annuelle, les comptes étaient validés par un commissaire aux comptes et un expert comptable, le cabinet de Didier Gréco. Ce dernier avait d’ailleurs cessé sa collaboration peu de temps après 2007.

Didier Gréco était entendu comme témoin. Après plusieurs recherches dans l’épais dossier de l’instruction, il était défini que son cabinet avait bien arrêté les comptes, ce qui ne fut pas facile, un des coordinateurs de la DAAF étant parti en 2005 avec des pièces comptables.

La présidente de la Cour essaie alors de comprendre comment une comptabilité peut être validée sans justificatif de dépenses, que l’avocat général énumère : «un billet d’Air Austral, 4 chèques sans identité de bénéficiaire, 10.150 euros non justifiés, etc.» Les demandes de justificatifs du cabinet comptable trouvent plus ou moins de réponses, et la comptabilité finit par être close avec des lettres sur l’honneur. C’est ce qui incitera Didier Gréco à jeter l’éponge.

Autre questionnement, les bailleurs de fonds comme la préfecture, n’ont pas réagi à l’absence de factures. «Il est difficile pour eux d’aller vérifier si une serre est montée», plaide l’avocat général. «C’est le rôle de la Cirad», rétorque Julien Chauvin. Seul le Conseil général réagit à l’époque en demandant le remboursement des sommes dont les dépenses n’étaient pas justifiées.

Si les hommes cités à la barre ont été condamnés en correctionnelle, il apparaît que les actes perpétrés l’ont été dans un océan de laxisme.

Le délibéré sera rendu le 10 juillet.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139508
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139508
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139508
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139508
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139508
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139508
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...