28.9 C
Dzaoudzi
mercredi 27 septembre 2023
AccueilFaits diversUn militaire condamné après une incompréhensible agression sexuelle

Un militaire condamné après une incompréhensible agression sexuelle

CARNET DE JUSTICE DU JDM. Après 33 ans de carrière militaire, ses états de service étaient impeccables. Côte d’Ivoire, Cameroun, deux séjours en Afghanistan, il avait servi l’armée et son pays d’une belle manière. Seuls deux moments difficiles assombrissaient ce beau parcours. Il y avait, en novembre 2003, le décès d’un de ses collègues qu’il porte toujours en culpabilité, il estime ne pas avoir fait tout ce qu’il aurait dû pour éviter sa disparition.

Panneau salle d'audience TGI MamoudzouAu Cameroun en 2006, l’affaire était plus personnelle. Il s’agissait d’une liaison extraconjugale, très mal vécue par son épouse mais finalement surmontée par le couple.

Et puis, le 15 et le 17 avril dernier, soudainement, l’incompréhensible. Tout bascule. Le militaire est rapidement contraint de quitter Mayotte pour une mutation en Métropole. Il n’est revenu, ce mercredi 20 mai, qu’après convocation du tribunal correctionnel. Il devait répondre de violence et agressions sexuelles.

A l’appel de son nom, il s’avance à la barre. Calme, réservé, «timide» comme le décrit son expertise psychiatrique. Il parle distinctement, répond clairement, franchement, sans détour aux questions du tribunal, comme on attend d’un militaire qu’il le fasse. Il reconnaît les faits.

Une exhibition comme proposition

Dans ce dossier, la victime est femme de ménage. Elle est assise au premier rang, le traducteur à côté d’elle. La dame, elle aussi, est discrète et vit probablement un moment difficile. Déballer une telle histoire en public est probablement une épreuve, surtout que la salle est pleine, des classes du collège de Tsingoni sont venues assister à l’audience du jour. Mais elle là, simple et digne.

Le président lit l’énoncé des faits. Ce mardi 15 avril, l’adjudant revient du sport et croise la femme qui travaille dans ces bâtiments militaires depuis longtemps. Il est 7h30 et elle n’est pas très bien, elle lui demande un verre d’eau. Elle se rend compte alors que l’homme a sorti son sexe de son short. Il lui demande si elle peut nettoyer son bureau, elle refuse. Trois fois.
Trois heures plus tard, elle accède à la pièce, c’est alors qu’il lui touche les seins. Elle le repousse, il ne comprend pas. Il lui demande pourquoi elle ne veut pas. Elle veut qu’il arrête, finalement il renonce.

La scène se répète

Elle ne travaille pas le mercredi mais le jeudi 17 avril, elle est de retour dans l’enceinte militaire. «Je me suis dit que s’il faisait la même chose, j’irai voir le commandant», déclare-t-elle en déposant plainte. Il va effectivement recommencer.
Il est à nouveau de retour du sport et croise la femme. Le sexe dans sa main, il lui demande de la suivre dans les toilettes. Elle s’éloigne, en parle à un autre militaire, la machine répressive est lancée.
Le président essaie de comprendre. «Votre dossier psychiatrique indique également que vous êtes tolérant à la frustration. Que se passe-t-il ces jours-là pour que vous passiez à l’acte ?»

Pour seule réponse, il présente ses excuses pour les dommages qu’il a pu créer. Son avocate, Maître Fatima Ousseni, va d’ailleurs expliquer qu’il ne lui a parlé que de la victime, alors que les prévenus de ce genre d’affaires sont souvent plus préoccupés du regard social et des conséquences de leurs agissements sur leur propre vie.

Le courage de la victime

La victime, la procureure va saluer son courage pour dénoncer une telle agression, dans un contexte militaire où elle est en situation d’infériorité sociale et morale. «Je la remercie car je trouve important que les personnes victimes de faits à caractère sexuel, viennent, soient entendues et que leur qualité de victimes soient reconnues.»

L’homme est condamné à 6 mois de prison avec sursis, 4.000 euros d’amende et 1.000 euros de dommages et intérêts à verser à la victime. Déjà muté, il va devoir à présent faire face à la procédure disciplinaire en cours au sein de l’armée. Dans cette affaire, sa condamnation du jour n’était pas la dernière.
RR
Le Journal de Mayotte

VOIR LES AUTRES CARNETS DE JUSTICE DU JDM.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139117
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139117
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139117
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139117
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139117
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139117
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...