26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilslideAccidents du travail: les insuffisances touchent même les médecins

Accidents du travail: les insuffisances touchent même les médecins

L’annuel Séminaire sur la santé et la sécurité au travail dans la fonction publique se tenait durant deux jours à Combani. Une implication des élus devient urgente, surtout au niveau médical.

Mdere Sulliman, Abdallah Houssamoudine et Paul Idris
Mdere Sulliman, Abdallah Houssamoudine et Paul Idris

Pour la 3ème année, la délégation régionale du CNFPT Mayotte, en collaboration avec le Conseil général de Mayotte, le centre de gestion de Mayotte et la caisse d’assurance maladie (CSSM), organisait un séminaire sur les collectivités territoriales et la santé-sécurité au travail.

La thématique retenue cette année, « la prévention et la déclaration des accidents du travail », était déclinée autour de deux ateliers qui se sont tenus mardi 10 juin : « Gestion d’un accident grave par la collectivité et rôle de l’ergonomie dans la prévention », par Paul Idris, Responsable du service santé et ergonomie de la  ville de Créteil, et « La déclaration des accidents de travail, quels enjeux ? », animé par Abdallah Houssamoudine, directeur du centre de gestion de Mayotte et présenté par Kamal Ibrahim, CSSM qui intervenait sur la liquidation et la réparation des accidents.

Ce mercredi, les débats se poursuivaient avec une table ronde sur « La responsabilité des élus et cadres dans la déclaration et la préventions des accidents », menée par le docteur Abaine. Un échange qui perdait en pertinence, les élus et cadres des collectivités n’étant pas présents à ces deux jours de formation auxquels ont assisté les agents en charge de la prévention.

Des soins gratuits

Il faut d’abord souligner qu’à Mayotte, il n’existe pas de statistique d’accidentologie au travail, « 40 ont été enregistrés sur l’année 2013 par la CSSM », indiquait Aïna Salim, présidente de l’association des directions des ressources humaines. Mais beaucoup ne sont pas signalés.

Pour qu’ils le soient, il faudrait que la collectivité qui emploie l’agent accidenté, ait adhérée à assurance-groupe pour un remboursement des frais médicaux avancés, « mais à Mayotte, elles n’en voient pas l’utilité étant donné que les soins au CHM sont gratuits », fait remarquer un intervenant. La culture du risque n’est donc pas prise en compte. « Comment sensibiliser les élus alors que les collectivités ont des problèmes financiers ? » La question s’est posée lors du 1er atelier.

Pour éviter les accidents, deux courants se complètent : l’anglophone «human factor», s’oriente vers une amélioration de l’équipement, alors que le français adapte le travail à l’utilisateur avec un sigle qui résume les quatre piliers de la prévention : ITMaMi, l’Individu, la Tâche, le Matériel et le Milieu concerné.

Les médecins pas payés
Table ronde
Et pour gérer un accident grave, les collectivités ont des outils. L’un d’entre eux s’appelle « arbre de causes », « on part de l’accident pour remonter vers les causes, comme un rembobinage ».

Un exemple était donné par Paul Idris : « un agent s’est cassé la rotule avec une tondeuse. On remonte le fil des évènements pour s’apercevoir que le carter s’est sorti, parce qu’il avait été modifié à la suite de l’intervention d’une équipe ». La chaîne des responsabilités est remontée «pour identifier bien souvent un problème organisationnel». Une procédure qui est actuellement mise en place pour l’accident mortel qui a touché un agent du Conseil général au gymnase de Cavani le mois dernier.

Laurence Sturm, conseillère prévention au Conseil général de l'Aube
Laurence Sturm, conseillère prévention au Conseil général de l’Aube

Une bonne organisation du travail est donc la première des préventions des risques. Mais l’agent qui en a la charge, le « préventeur », doit parvenir à sensibiliser l’élu décideur. Une réussite au Service des Transports maritimes (STM) du CG à la procédure de déclaration rodée.

Mais une procédure qui va bientôt achopper : les médecins du Comité médical chargés de donner leur avis sur les questions médicales concernant les fonctionnaires ne sont pas payés par les collectivités. « Ils veulent arrêter ! », déclare le docteur Abaine. Le Centre de gestion qui avait avancé les fonds attend un remboursement de 50.000 euros…

La prévention des risques s’avère donc une culture à faire émerger à Mayotte. Pour y aider, chaque participant a pris l’engagement de rendre compte de ce séminaire à sa hiérarchie.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...