24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilFaits diversUn accident de la route coûte son permis à Mouslim Payet

Un accident de la route coûte son permis à Mouslim Payet

CARNET DE JUSTICE DU JDM. Le président de la Chambre d’agriculture a déjà eu affaire avec la justice. Ce mardi 17 juin, c’est une histoire plus personnelle qui amène Mouslim Payet à la barre de l’audience correctionnelle. Il était convoqué pour répondre d’un accident de route, presque banal et dans un premier temps réglé à l’amiable.

Palais de justice de MayotteFin décembre 2012, au volant de son véhicule, il dépose quelqu’un sur le bord de la route. Il fait alors une longue marche arrière sur la chaussée et percute une femme. L’accident est grave. Transportée d’urgence à l’hôpital, elle est grièvement blessée au genou. Plâtrée, elle est immobilisée pendant deux mois chez elle et se voit délivrer un certificat d’ITT de 30 jours.

Mouslim Payet fait face. Immédiatement après le choc, il descend du véhicule et lui porte assistance. Il ira également la voir à l’hôpital et l’accident semble parti pour se régler à l’amiable. Une fois la victime rentrée chez elle, il lui rend à nouveau visite, lui fait des courses -du riz et des mabawas- et convient avec elle d’un dédommagement. Il lui propose 500 euros, «je trouvais que c’était une somme raisonnable pour l’aider», explique-t-il simplement. La femme ne dispose que de faibles revenus.

Mais finalement, la bouéni va tout de même voir les gendarmes pour porter plainte. Elle pense que ses blessures méritent une plus grande indemnité que celle qu’elle a reçue.
«Suite à cet accident, son emploi aidé n’a pas été renouvelé, justifie Me Journiac, son avocate. Elle est seule et doit faire face à une profonde douleur psychique mais aussi physique. Elle est toujours sous antidouleurs.» Et la plaignante de réclamer 10.000 euros à titre de provision en attendant une expertise médicale. La somme surprend.

Il est interdit de reculer sur la route

Pour le procureur Alik, deux points sont à noter. Le premier concerne la marche arrière, «c’est interdit quand on est au volant sur une route.» Le deuxième porte sur le règlement amiable. «Pourquoi n’a-t-il pas déclaré le sinistre à son assurance ? Madame a 30 jours d’ITT tout de même. Il est élu, il sait ce qu’il faut faire en général.» Le procureur demande 6 mois de suspension du permis de conduire et 1.500 euros d’amende.

Me Ahamada, l’avocat de Mouslim Payet se lance alors dans une plaidoirie au franc parler dont il a le secret. Une interdiction du permis de conduire ? Ça serait «une mort sociale !» A Mayotte, «c’est l’outil de travail numéro un. Tout le monde ici a un véhicule !» Pas de chance, dans la salle d’audience, le procureur n’en a pas. L’avocate de la défense non plus.
Ne pas appeler l’assurance ? «On fait toujours comme ça quand on estime qu’un accident est minime.» Minime pour 30 jours d’ITT, l’expression fait tiquer le président Soubeyran.

Une expertise médicale pour lever les doutes

Finalement, Me Ahamada met en avant ses doutes sur la réalité du préjudice pour la victime. «Quand elle est venue déposer plainte, le gendarme écrit qu’elle marche normalement !» Les antidouleurs qu’elle prend, «ça date de la semaine dernière, le 14 juin. On se précipite, on va voir le médecin, c’est pour les besoins de la cause… On a bien préparé cette audience, c’est de bonne guerre.» S’il ne remet pas en cause les faits, pour lui, la victime «veut gagner de l’argent, c’est humain. Monsieur Payet est président de la chambre d’agriculture, on pense qu’il a plein d’argent, On essaie d’en avoir.»
Il conclut d’un cinglant, «moi, je dis que c’est du cinéma.» Il réclame une expertise médicale.

Finalement, le tribunal reconnaît Mouslim Payet coupable dans cette affaire et le condamne à 2 mois de suspension de permis et 800 euros d’amende. Une expertise médicale est demandée pour certifier des conséquences de cet accident sur la victime et Mouslim Payet devra effectuer une provision de 2.000 euros.
En sortant de la salle d’audience, il convenait avec son avocat d’accepter le jugement. Il ne fera pas appel de la décision.
RR
Le Journal de Mayotte

VOIR LES AUTRES CARNETS DE JUSTICE DU JDM.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139116
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139116
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139116
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139116
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139116
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139116
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...