29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilSociétéLe général de la gendarmerie confronté aux réalités mahoraises

Le général de la gendarmerie confronté aux réalités mahoraises

Interception de kwassas, jeunesse de la délinquance, problématiques territoriales, le général Bertrand Soubelet, commandant la gendarmerie Outre-mer est venu sur le terrain mahorais. Quelques jours pour comprendre les spécificités de notre département.

Le général de corps d'armée Soubelet et le colonel Gouvart, commandant la gendarmerie à Mayotte
Le général de corps d’armée Soubelet et le colonel Gouvart, commandant la gendarmerie à Mayotte

«On est au seuil de l’acceptable.» Voilà comment le général de corps d’armée Bertrand Soubelet analyse la situation la situation de la gendarmerie dans notre département. Commandant de l’ensemble des Outre-mer, il poursuivait cette semaine à Mayotte sa tournée des différents territoires dont il a la responsabilité, après s’être rendu en Nouvelle-Calédonie et en Guyane.

Vendredi soir, il recevait la presse avant de repartir, ce dimanche, pour la métropole. Il a confirmé les premières annonces faites dans la semaine à Mtsamboro. Pour une brigade à Koungou, le dossier avance même si aucune date n’est encore arrêtée. Actuellement, la brigade installée à Mamoudzou doit se répartir entre Dembéni et Koungou, 2e ville de Mayotte avec des problématiques de sécurité importantes à gérer. Il a également confirmé les projets «immobiliers visant à rassembler les personnels de Sada sur un même site.

Sécurité et immigration, deux enjeux spécifiques

Le général, dont la parole s’affranchit volontiers d’un certain conformisme, est évidemment revenu sur les deux enjeux auxquels doivent faire face les forces de gendarmeries à Mayotte : tout d’abord, la «sécurité publique générale», même si «on parle de chiffres qui sont sans commune mesure avec la métropole». Le général Soubelet reconnaît une augmentation des vols avec violence, «un indicateur sur lequel on doit agir».

Revue des troupes à Mtsamboro ce jeudi 4 décembre
Revue des troupes à Mtsamboro ce jeudi 4 décembre

Deuxième enjeu particuliers à Mayotte, la lutte contre l’immigration clandestine. Le général a assisté vendredi matin à l’interception de deux kwassas. «Ca m’a humainement beaucoup touché. C’est très compliqué. J’ai vu les difficultés pour les personnels. Ce n’est facile pour personne, ni pour les personnels, ni pour ceux qui choisissent de quitter leur pays.»

Recrutement locaux et retour au pays

Mayotte, «au seuil de l’acceptable», il va donc falloir «renforcer (le département) avec des gendarmes locaux» qui maitrisent la langue. Il annonce vouloir lancer un recrutement localement pour des gendarmes adjoints volontaires dont certains pourraient ensuite être préparés à différents concours… mais il ne faut pas s’attendre à une vague de création de postes : le général n’annonce, en effet, que «100 personnels nouveaux par an à l’échelle nationale»… «et les Outre-mer ne sont pas toujours la préoccupation de la métropole», reconnaît-il.

En plus de ces recrutements, le général Soubelet indique lancer «sur l’ensemble des Outre-mer», une politique de retour au pays pour les gendarmes qui exercerait en métropole ou ailleurs. Une façon, avec «un budget contraint» de mobiliser de nouvelles énergies dans des territoires qui en ont besoin.

Gendarmes fouleJeunes délinquants : la gendarmerie «sans interlocuteur»

Si la gendarmerie emploie 4.000 personnes Outre-mer, il semble difficile d’apprendre les uns des autres à l’échelle ultramarine. «La mise en commun de bonnes pratiques» n’a pas toujours de sens tant les formes de délinquances et les réalités sociales sont différentes d’un territoire à l’autre.
Ainsi, dans notre département, la particularité est la jeunesse des délinquants, «souvent âgés entre 10 et 13 ans», des mineurs qui représentent plus de 50% de certains actes délictuels. «Quelle réponse collective apporter à cette situation ? Nous, gendarmes, n’avons pas d’interlocuteurs. En métropole, dans les autres DOM, il y a des structures associatives de prévention et d’accompagnement des mineurs. Ici, ça n’existe pas.»

Pas de formation à la culture locale

Enfin, le général a été interrogé sur l’affaire «de la tête de cochon», qui a secoué la gendarmerie cette année. Il a mis en garde sur la tentation de généralisation. Rappelant que les mise en cause ont été lourdement sanctionné en interne, il indiquait qu’on «ne peut pas faire porter la responsabilité de comportements individuels sur l’ensemble d’une institution.» Quant à l’idée d’une journée de sensibilisation de nouveaux personnels arrivant de l’extérieur aux spécificités de la culture locale, il n’en a «pas ressenti la nécessité.»
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...