29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilEconomieMaires en préfecture : pistes pour une gestion vertueuse

Maires en préfecture : pistes pour une gestion vertueuse

Comme c’est le cas chaque trimestre depuis plusieurs années, le préfet reçoit dans sa « case » Rocher, les 17 maires de Mayotte en compagnie de leurs cadres, et en présence de ses services. Des débats d’autant plus intenses que les changements s’accélèrent.

Les représentants des communes de Tsingoni, Chiconi et Mtsamboro
Les représentants des communes de Tsingoni, Chiconi et Mtsamboro

Ce jeudi 22 janvier, la journée était donc faite d’échanges sur les évolutions qu’implique toujours le changement statutaire de Mayotte et sur les textes proposés par le Parlement : fiscalité locale, intercommunalité, politique de la ville, ANRU, emplois aidés etc. « On a appréhendé ce que l’État attend de nous d’un côté, et nous avons pu avoir des précisions sur des dispositifs que nous ne maitrisons pas encore », commentaient les représentants des communes de Tsingoni, Chiconi et Mtsamboro.

Et comme toujours, le débat s’oriente vite sur les finances et la fiscalité : « nous voulions savoir si l’intégralité des ressources ont été versée par l’État en 2014, puisque cette somme sert de base au calcul de nos recettes en 2015 ». Les communes n’ont en effet pas perçu directement le produit d’un impôt qui n’était pas encore mis en place : l’État leur a versé une garantie peu ou prou identique à ce qu’elles percevaient, et recouvre l’impôt ensuite.

Hanima Ibrahima (alias Roukia Lahadji) et Anchya Bamana, les deux seules femmes maires à Mayotte, sont d’accord : « c’est une journée indispensable pour développer des relations de travail avec les services de l’État et aider les communes qui sont en déficit de compétences ».

Les habitants découvrent les impôts fonciers

Anchya Bamana et Roukia Lahadji
Anchya Bamana et Roukia Lahadji

Des relations qui ne sont pas au beau fixe sur quelques points, « et les rythmes scolaires en sont un ! », s’exclame Anchya Bamana, la maire UMP de Sada. « L’État a mis la charrue avant les bœufs », reprenant l’expression de Jacques Chirac s’adressant aux pro-départementalistes à Mayotte en 1986, mais cette fois pour freiner les ardeurs de l’État lui-même : « il faut un plan Marshall de construction et de compétences avant d’appliquer cette réforme ».

L’évolution de la politique de la ville n’est pas source d’incompréhension pour la maire de Sada, « nous sommes tenus régulièrement informés par un calendrier, et un diagnostic territorial doit être mis en place », alors que l’intercommunalité « imposée par la loi », est également lancée, « nous allons entamer des négociations avec Ouangani, Chiconi et Mtsangamouji, mais avec une condition, celle d’une intercommunalité compétente. Le préfet nous a assuré  la mise en place prochaine de formations et d’accompagnement par les services de l’État ».

Quant à la fiscalité locale, elle passe difficilement, « même avec de faibles taux à Sada, les habitants ont du mal à comprendre. »

Mensualisation des versements

Seymour Morsy mise sur la charte de bonne gestion
Seymour Morsy mise sur la charte de bonne gestion

L’accompagnement de la montée en compétence des communes est confirmé par le préfet Seymour Morsy qui est dans son élément, tant que chacun respecte sa règle, « ne pas venir en demandant une enveloppe, mais avec des projets .»

Le dossier des constructions scolaires avance, « toutes les communes ont publié l’appel d’offres et doivent délibérer pour une sortie de terre en juillet, mais doivent aussi se partager l’actif et le passif du SMIAM (Syndicat mixte chargé des constructions scolaires). »

Mais il est une des propositions qui fait débat dans les petits cercles, la contractualisation du budget pour aboutir, entre autres, à la mensualisation des versements aux syndicats communaux et aux intercommunalités en général.

Des habitudes à changer

Le maire de Bouéni, Mouslim Abdourahaman, n’adhère pas : « une bonne idée en théorie, mais qui se heurte aux réalités d’une dotation versée par l’État qui nous permet tout juste de payer la masse salariale, les factures d’eau et d’électricité. Nous devons avant tout connaître le montant des recettes de l’octroi de mer avant de nous prononcer .»

Tous calculs faits, il chiffre à 50 000 euros par mois sa contribution à des syndicats intercommunaux qui sont les outils des communes, comme le Sieam (syndicat des eaux et assainissement dont il est un des cadres supérieurs), le SDIS (pompiers), SIDEVAM (Déchets) et le SMIAM « auquel nous participons toujours », précise le maire et d’ajouter ne pas être « sûr d’avoir assez de trésorerie ! »

Un problème pris à l’envers puisqu’il faut partir du budget existant, et en déduire le champ des possibles. Ce que fait Dembéni, “nous sommes mensualisés”, indique le maire. La préfecture ne désespère pas, et annonce qu’en 2015 sera signé avec les collectivités, une charte de bonne gestion initiée par l’association des maires. L’utilisation des moyens financiers et humains sera une priorité.

Toutes les communes étaient représentées, par leurs élus ou leurs cadres, un rendez-vous à ne pas manquer.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139508
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139508
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139508
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139508
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139508
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139508
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...