29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilEconomieDépart d’Elodie Chemarin : une élève « presque-sous-préfète »

Départ d’Elodie Chemarin : une élève « presque-sous-préfète »

Elle a écouté, recueilli, compilé… le document 2025 écrit par les Mahorais a été encadré à la préfecture par Elodie Chemarin qui avait choisi de venir à Mayotte il y a cinq mois dans le cadre de son stage de l’Ecole nationale d’administration.

Seymour Morsy aura veillé sur sa stagiaire Elodie Chemarin jusqu'au bout
Un adieu “Du côté de chez Swann” de la part du préfet pour Elodie Chemarin

Elle est partie sans tambour, mais avec quelques trompettes, qu’on lui souhaiterait presque de la renommée, sans les inconvénients chantés par Brassens…  Elodie Chemarin est cette jeune élève de l’ENA, stagiaire à la préfecture de Mayotte, qui a encadré le document cadre Mayotte 2025, « fatiguant, mais passionnant », glisse-t-elle.

Et s’il n’était pas question de poursuivre ses hautes études, elle aurait bien tenté un come-back sur l’île, histoire de suivre l’évolution de ce qui est son bébé.

« Avec Mayotte 2025, nous vous avons confié une mission de choc ! », conviendra d’ailleurs Seymour Morsy, le préfet qui l’a encadré pendant plusieurs mois, et qui soulignait « sa capacité à tirer le meilleur de chacun, sans froisser. Mais on peut dire que vous connaissez Mayotte mieux que nous tous réunis ! »

« Pas d’emploi qui font corps avec la chaise ! »

Une mission qu’elle a appréciée pour son côté « terrain » dans les quartiers éloignés de Mamoudzou, « à Mangatélé notamment » et son aversion contre « les emplois qui font corps avec la chaise », puis la mise en pratique de sa spécialisation dans la coopération et le développement avec Mayotte 2025.

Après un mot bien senti pour chaque occupant de la représentativité de l’Etat, du préfet au moindre collaborateur, d’une voix appuyée de professionnelle, la jeune femme s’éclipse, « j’avais presque oublié que j’étais élève d’une école, avec la forte impression d’être un agent de la préfecture ! »

Une carrière qui commence donc fort, un fait d’armes qui la marquera, il faut espérer pas forcément avec l’empreinte nostalgique façon Proust, citée par Seymour Morsy, « le souvenir d’une certaine image n’est que le regret d’un certain instant…»

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...