29.9 C
Dzaoudzi
samedi 22 juin 2024
AccueilEconomieAccès au terre-plein du marché interdit pour cause d'expulsion

Accès au terre-plein du marché interdit pour cause d’expulsion

Le maire de Mamoudzou Mohamed Majani a pris le 2 février un arrêté de fermeture du parking de l’ancienne place des brochettes et des bangas en tôles au marché de Mamoudzou. En cause: l’interdiction d’activité commerciale “pour cause d’hygiène et de sécurité”, précise son article 1.

Commerçantes marchéAvant la construction et l’inauguration du marché en dur, ce terre-plein représentait le seul marché de Mamoudzou. Tous les commerçants n’ayant pas obtenu de patente pour un stand lors de l’ouverture du marché couvert, ils s’étaient installés sur le terre-plein. Les poubelles s’amoncelaient, et les conditions d’hygiène posaient problème sur un site littoral, vitrine de Mamoudzou, premier lieu visité par les touristes en sortant de la barge.

Le maire a donc pris un arrêté rendu exécutoire par la préfecture ce 10 février.

L’interdiction concerne tous les vendeurs, de poisson comme de friperies, du quai Colas jusqu’au quai de la barge. La centaine de commerçants du marché va donc devoir quitter les lieux, et plusieurs ont manifesté hier jeudi pour marquer leur mécontentement et obtenir un nouveau site de vente, certains assurant détenir une autorisation de commercer.

C’est aussi le lieu de prédilection des vendeurs à la sauvette qui se sont installés plus près de la gare maritime, et qui sont régulièrement chassés par des descentes de police.

“Le terre-plein faisant fonction de parking sur l’ancienne place du marché sera fermé aux usagers jusqu’à nouvel ordre afin de permettre le bon déroulement des opérations de réhabilitation du site”, indique également l’arrêté.

Le maire met en demeure tous les usagers de quitter les lieux dans les 15 jours qui suivent la date de l’arrêté, et annonce la destruction des constructions. Tout est fait, nous explique-t-on du côté de la mairie, pour éviter l’expulsion prévue le 3 mars, et arriver à un terrain d’entente pour un départ en douceur, avec la proposition d’un nouveau site de vente à proximité. La destruction des bangas est néanmoins prévue dès la première heure ce jour-là.

A.P-L.

Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...