29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilSociétéTsingoni : après les tensions, ensemble pour construire l'avenir

Tsingoni : après les tensions, ensemble pour construire l’avenir

Réunion inédite à la préfecture ce mardi entre les représentants de tous les villages de la commune de Tsingoni, la préfecture, la municipalité, les religieux et les gendarmes. On s’est parlé pour changer le quotidien et repenser l’avenir.

Sur le barrage de Tsingoni ce lundi 13 avril. Il faut à présent trouver la voie de l'apaisement
Sur le barrage de Tsingoni ce lundi 13 avril. Il faut à présent trouver la voie de l’apaisement

Après les éclats de verre et de voix, après les agressions et les insultes, l’unanimité dans l’apaisement. Les événements de Tsingoni et Combani semblent déboucher sur une expérience inédite, une véritable tentative de se retrouver et de recréer un lien entre des voisins qui se déchirent.
Pour la première fois, des représentants de villages dont les conflits alimentent la chronique des tensions à Mayotte depuis des années, se sont installés autour d’une même table pour en parler.

«C’est quelque chose d’assez unique», s’enthousiasme Bruno André, le secrétaire général de la préfecture. «Chaque groupe accepte de se parler, tout le monde veut travailler ensemble. Bien sûr, il y avait encore de l’émotion, mais au-delà, une vraie parole partagée. Et de tous les côtés, des bonnes volontés qui se sont exprimées.»

Autour de la table, un phénomène rare : chacun a reconnu ses responsabilités et ses torts dans les événements des derniers jours comme dans le climat général qui se dégrade peu à peu au sein de la commune. «Nous sommes condamnés à travailler ensemble parce que la nature a fait que nous sommes tous de la même famille», lance le mairie Mohamed Bacar, dans une envolée lyrique comme il les affectionne.

Les mineurs à la maison

Beaucoup de propositions ont été faites essentiellement autour de la jeunesse et la responsabilisation des parents, appelés à (re)prendre tout leur rôle. Parmi elles, une qui sort du lot : «Nous sommes tous d’accord pour revoir le cas des mineurs qui circulent au-delà de 20 heures ou de 21 heures», indique le maire.

La grande réunion entre Tsingoni et Combani sous l'égide du secrétaire général de la préfecture et de la gendarmerie, lundi 13 avril
La grande réunion entre Tsingoni et Combani sous l’égide du secrétaire général de la préfecture et de la gendarmerie, lundi 13 avril

Pas question de parler de «couvre-feu», «nous ne sommes pas en guerre», insistait Mohamed Bacar. Mais l’idée est bien de mettre en place des dispositifs où les parents seraient obligés d’alerter les autorités locales s’ils ne savent pas où se trouvent leurs enfants passés ces heures. «Il faut impliquer les parents pour construire l’avenir des jeunes et de la commune. C’est la seule voie pour la stabilité et la tranquillité», tranche le maire.

«Nous avons aussi des problèmes spécifiques avec des enfants issues de familles très défavorisées et souvent sans-papiers qui ne voient rien pour leur avenir. Il va falloir s’en occuper et les épauler»… Une préoccupation probablement jamais entendue de façon aussi évidente et bienveillante dans la bouche d’un maire.

Des propositions dans un cadre institutionnel

Les propositions qui seront finalement retenues tombent au bon moment. «Nous avons un cadre dans lequel elles vont pouvoir s’inscrire», explique Bruno André, le secrétaire général de la préfecture. Les maires de Mayotte rédigent en effet actuellement les contrats de ville, dans le cadre de la politique de la ville, avec des objectifs éducatifs, d’insertion, sportifs…etc. Et les communes, dont Tsingoni, ont toujours les CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) à vivre vivre… pour enfin, en faire quelque chose.

Les jeunes pourraient ne plus être autorisés à sortir seuls tard le soir et la nuit
Les jeunes pourraient ne plus être autorisés à sortir seuls tard le soir et la nuit

«J’ai demandé aux différents interlocuteurs de se fixer 4 ou 5 objectifs, qui seront des actions sur lesquelles travailleront l’Etat, le conseil départemental, la commune et les habitants. Il faut que ce soit des actions concrètes et mesurables pour qu’on puisse ensuite évaluer ce qui marche et ce que ne marche pas, d’où l’importance du cadre», relève Bruno André.

Et si chacun semble vouloir prendre ses responsabilités, les mentalités seront aussi longues à faire bouger. Ibrahim Boinahery, l’ancien maire, convenait lui-même ce lundi à Tsingoni que les pères vont sûrement devoir jouer un rôle plus important après de leurs enfants. «Je n’ai jamais amené mes enfants le soir quand ils allaient au sport. Et sous sommes très nombreux dans ce cas, c’est comme ça. Mais ce n’est vraiment pas bien», confiait-il au JDM.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139124
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139124
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139124
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139124
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139124
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139124
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...