29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
Accueilorange«Les Mahorais sont des citoyens français à part entière»

«Les Mahorais sont des citoyens français à part entière»

Bernard Chemin, le nouveau président du tribunal administratif (TA) était à Mayotte ces trois derniers jours. Il lance des chantiers pour doter la juridiction des outils de notre époque et satisfaire «le besoin de justice» des Mahorais.

Bernard Chemin nouveau président du Tribunal administratif de Mayotte
Bernard Chemin nouveau président du tribunal administratif de Mayotte

«Je suis venu prendre la mesure de mon poste». Bernard Chemin, le nouveau président du tribunal administratif de l’océan Indien avance à pas feutrés à Mayotte qu’il est venu physiquement découvrir ces 3 derniers jours. Mais il arrive aussi avec une mission très claire : «Donner satisfaction au besoin de justice des Mahorais. Lorsqu’il y a un conflit, le juge administratif est là pour arbitrer ici comme ailleurs. Les Mahorais sont des citoyens français à part entière», précise-t-il pour mieux valoriser les missions de sa juridiction.

Jusqu’à présent, si l’activité du TA de La Réunion était assez proche de ses homologues de métropole, celui de Mayotte tranchait dans l’ensemble national. C’est de moins en moins vrai même si notre département garde des spécificités.

Un tiers des dossiers du TA concerne les droits de personnes étrangères, pression migratoire et nombre de reconduites à la frontière obligent. Les procédures d’urgence des référés liberté représentaient 167 dossiers en 2014.
Un autre gros tiers des requêtes concerne la Fonction publique : déroulement de carrière, indemnisation, licenciement, reclassement des anciens corps mahorais… Les sujets de contentieux sont nombreux.

800 contentieux à Mayotte en 2014

Tribunal administratifEnfin, le dernier tiers est une nouveauté à Mayotte, «une île qui n’est pas encore procédurière», note Bernard Chemin. Il s’agit de contentieux que l’on trouve partout ailleurs : questions fiscales, permis de construire, marchés… et les requêtes électorales. Elles étaient 24 après les municipales. On n’en compte, à l’heure actuelle, que deux après les départementales.

Au final, les affaires deviennent plus variées et plus classiques comparées à celles gérées dans d’autres départements, elles sont aussi plus nombreuses. Avec une progression de 20% des contentieux jugés l’an dernier, ce sont 800 dossiers qui ont été instruits à Mayotte en 2014, deux fois plus en 5 ans.
A noter que le délai moyen de jugement est compris entre 7 et 8 mois.

Recruter

Bernard Chemin a été nommé le 7 avril dernier pour un premier poste en Outre-mer. Pour autant, les problématiques ultramarines ne lui sont pas étrangères. Après 26 ans dans la juridiction administrative, il peut revendiquer d’avoir siégé 6 ans à la cour d’appel de Bordeaux, la juridiction en charge des contentieux dans les Outre-mer.

La salle d'audience du tribunal administratif
La salle d’audience du tribunal administratif

Il arrive à Mayotte avec trois chantiers à mener de front. D’abord, compléter les effectifs de la juridiction pour satisfaire la «demande de justice». Deux postes de magistrats n’étaient pas pourvus, cela devrait être chose faite rapidement.

Fini le papier, place à la dématérialisation

Ensuite, Bernard Chemin lance le TA dans la dématérialisation. Dès le 8 juin, l’application «Télérecours» sera obligatoire pour les services de l’Etat et vivement conseillée aux collectivités territoriales et aux professionnels, dont les avocats. L’intégralité des dossiers est consultable en ligne, y compris les pièces jointes, les mémoires et la notification de décision, et l’intégralité des juridictions s’y trouve, y compris le Conseil d’Etat.

L’océan Indien est la première juridiction ultramarine à intégrer le dispositif qui existe depuis 2013 en métropole. Le président devrait d’ailleurs revenir à Mayotte dans deux semaines accompagné d’Anne Guérin, conseillère d’Etat, pour signer une convention tripartite TA-Conseil d’Etat-Barreau de Mayotte pour faire rapidement disparaître le papier des dossiers et fluidifier le fonctionnement de ces trois entités.

Exalté

Enfin le 3e chantier est davantage physique puisqu’il concerne les locaux qui vont s’étendre et gagner une véritable salle des délibérés et des bureaux à la fin de l’année.

«Je ne viens pas pour mettre le feu mais pour faire évoluer la juridiction administrative et tendre vers une plus grande satisfaction de tous», indique Bernard Chemin.
Les 9 magistrats et les 15 agents de greffe (dont 5 à Mayotte) savent ce qui les attend. Leur nouveau président espère se lancer dans une «aventure exaltante».
RR
Le Journal de Mayotte

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139116
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139116
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139116
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139116
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139116
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139116
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...