29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilEconomieMissions parlementaires : « L’opacité organisée est pénalisante pour la population »

Missions parlementaires : « L’opacité organisée est pénalisante pour la population »

La loi Lurel de Régulation économique trouve ses limites à Mayotte où le circuit économique n’est pas assez structuré. Deux missions parlementaires étaient sur l’île pour le souligner et trouver des pistes de développement des filières courtes.

Ericka Bareigts deputéde La Réunion: "la loi Lurel en décalage à Mayotte"
Ericka Bareigts députée de La Réunion: “la loi Lurel est en décalage à Mayotte”

« 2€ ces 5 bananes ?! Mais c’est 1€ à Koungou !! »… L’acheteur fait face à une vendeuse assise prés de l’arrivée de la barge à Mamoudzou- « Mais à Koungou, ils plantent. Moi, je ne fais que vendre »… Pas besoin de suivre de hautes études pour comprendre ce qu’est un circuit court : en gommant les intermédiaires, on réduit le prix final, on a donc là une partie de la réponse à la vie chère, se sont dit les législateurs.

Deux missions étaient ces derniers jours à Mayotte. Ericka Bareigts, députée de La Réunion, et rapporteur de la loi de Régulation économique contre la vie chère est venue sur l’île en évaluer l’impact.

Cette loi voulue par l’ancien ministre des Outre-mer Victorin Lurel, était une réponse législative aux manifestations ultramarines qui avaient sévi en Outre-mer en 2009, en 2011 à Mayotte : « les habitants reprochaient des prix trop élevés en carburant, téléphonie, prestations bancaires et en alimentation. »

La solution Lurel avait donc été de prôner une intervention de l’Etat avec une pré-réglementation, et l’introduction de la concurrence là où sévissaient sur ces marchés, monopoles et oligopoles. Mais on ne réforme pas aussi facilement une situation qui date des 60 ans de départementalisation, c’est pourquoi avait été mis en place un Bouclier qualité-prix (BQP), histoire de forcer la main aux plus réticents, en plafonnant les prix de certains produits : « l’opacité organisée qui prévalait en 2009 était pénalisante pour la population », déclare Ericka Bareigts.

Mal signalé dans les grandes surfaces

Pour Brigitte Allain, les producteurs Mahorais doivent encore s'organiser
Pour Brigitte Allain, les producteurs mahorais doivent encore s’organiser

Une liste qui ne fait pas toujours l’unanimité chez les consommateurs dont les associations ont critiqué le manque d’adaptation aux habitudes de consommation locale. Pas plus de satisfaction chez Ericka Bareigts qui note « une signalétique qui ne parle pas » dans les grandes surfaces.

Surtout, pour la députée réunionnaise, il y a un fort décalage entre notre tout jeune département et les Antilles-Guyane-Réunion, départements depuis 1946 : « pour permettre la concurrence, il faut un tissu économique, or il a besoin de se structurer à Mayotte. »

En conséquence, la proportion de production locale au BQP n’est que de 10% à Mayotte, quand elle est de 45% à La Réunion, où la liste est malgré tout plus fournie.

La réponse viendra de la deuxième mission, celle conduite par les députés du Morbihan et de Dordogne, Hervé Pellois et Brigitte Allain, qui répertorie les circuits courts de vente, en minimisant le nombre d’intermédiaires.

S’ils ont noté l’avancement de la structuration par le biais des coopératives comme la COOPAC, ou l’AMMEFLHORC (filières vivrières), la COMAVI (aviculture), Saveurs et senteurs de Mayotte, beaucoup reste encore à faire, « notamment sur l’accès au foncier », et pourrait-on rajouter, en matière de restriction de la loi Littoral qui empêche les agriculteurs de s’installer à proximité de leurs récoltes.

Nourrir la population et exporter, en optimisant les récoltes en fonction du climat, ne pas tout attendre de la loi et proposer des projets de développement, le tout avec les contraintes imposées par le flux migratoire, « et la concurrence de la vente illégale », voilà les enjeux de la production agricole locale… « Vous êtes face à de nombreux défis à mener », conclura la députée Brigitte Allain.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...