31.9 C
Dzaoudzi
dimanche 21 avril 2024
AccueilorangeDeux ans après, la mairie de Koungou bloquée par les mêmes agents

Deux ans après, la mairie de Koungou bloquée par les mêmes agents

Blocage mairie KoungouLa mairie de Koungou est fermée depuis ce matin 6 heures par des agents du service technique de la mairie de Koungou. C’est un remake de leur blocage de octobre 2014, les mêmes causes ayant produit les mêmes effets. La mairie avait alors adhéré au syndicat de collecte et de traitement des déchets SIDEVAM 976, ce qui impliquait la bascule de ses agents vers la nouvelle structure. Mais craignant d’être lésé au passage, ils avaient manifesté, incitant le maire à faire machine arrière, et à les réintégrer comme personnel de la mairie.

Koungou comme Tsingoni et Mamoudzou, n’avait jamais intégré un syndicat intercommunal. L’adhésion au SIDEVAM, auquel la commune de Koungou verse 2 millions d’euros chaque année, change évidemment la donne, et le montage de l’intercommunalité nord, rend le transfert obligatoire : « Et la radiation des agents automatique. Un même agent ne pouvant être inscrit sur deux listes d’effectifs de deux collectivités différentes », nous explique Mounirou Ahmed Boinahery, Responsable du pôle administratif et chargé des moyens et des ressources à Koungou.

Arrêtés publiés le 8 mars

Les non signataires n'ont pas été payé en avril
Les non signataires n’ont pas été payé en avril

Le mot radiation, c’est précisément ce qui effraie les agents qui ont réagi en déposant un préavis de grève illimité : « Nous n’avons aucune garantie que nos salaires, nos avantages et notre ancienneté soient repris à l’identique, surtout par une intercommunalité qui peine à voir le jour», explique le représentant, syndiqué à la CGT Ma. Ils se disent 27 à être ainsi mobilisé sur 30 agents.

Du côté de la mairie, on se veut rassurant tout en s’étonnant que les employés n’aient pas réagi dès la publication des arrêtés de transfert le 8 mars : « Onze d’entre eux ont signé leurs arrêtés, après que je me sois personnellement engagé sur le maintien de leurs états de service, de leur ancienneté, de leurs avantages acquis », relate Mounirou Ahmed.

Intervention possible des forces de l’ordre

Quelques représentants des agents grévistes
Quelques représentants des agents grévistes

Le blocage soudain de la mairie est provoqué par l’absence de rémunération au mois d’avril des agents non signataires, qui devraient l’être par le SIDEVAM, « ils avaient deux mois pour se faire entendre ». Le maire Assani Saindou Bamcolo pourrait les rencontrer jeudi, l’entrevue de la semaine dernière ayant été tendue, « et ce mercredi la mairie sera fermée en signe de deuil pour l’enterrement de Frédéric D’Achery. »

Cette fois, peu de chance que le maire fasse machine arrière, selon ses dires : « Il y a deux ans, il y avait un problème de procédure, là tout est clair, je dois donc faire appliquer la loi. Ils ont même reçu des explications lors d’une commission technique en présence de la préfecture », explique Assani Saindou Bamcolo.

Pour Mounirou Ahmed, les choses sont claires : « Soit ils signent leur intégration au SIDEVAM 976, soit ils seront inscrit en surnombre au Centre de gestion, et au bout de trois refus de propositions d’emploi de niveau catégorie C de la part d’une collectivité, seront considérés comme démissionnaires de la fonction publique. »

En tout état de cause, le maire est ferme : « Ces agents n’ont pas à empêcher les autres de travailler. Je ferai donc intervenir les forces de l’ordre jeudi en cas de nouveau blocage. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...