25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 13 juin 2024
AccueilEducationSéminaire d’accueil des nouveaux enseignants : « Ni déni, ni psychose »

Séminaire d’accueil des nouveaux enseignants : « Ni déni, ni psychose »

Les consignes sécuritaires ont été délivrées par le préfet, la vice-recteur et son directeur de cabinet
Les consignes sécuritaires ont été délivrées par le préfet, la vice-recteur et son directeur de cabinet

Ils auront eu le chiffre du seuil de pauvreté au dessous duquel vit 84% de la population, auront entendu les spécialistes évoquer les problèmes de parentalité, ainsi que la place de la religion musulmane et le rôle des cadis. Tout un chapitre aura été consacré à l’insécurité, et aux messages de prudence.

Le préfet Frédéric Veau déclinait ainsi brièvement les premières avancées du Plan Sécurité, et se posait en conseiller touristique : « Pratiquez les randonnées en groupe, ne portez pas d’objets de valeur, d’originaux de titres officiels et en cas de mauvaise rencontre, ne résistez-pas. »

Stéphane Planchand, Directeur de cabinet du Vice-rectorat, dressait un tableau que la vice-recteur a voulu « sans déni, sans psychose », « il ne s’agit pas de faire dans la complaisance, mais il ne faut pas non plus tomber dans une psychose qui ne ferait qu’exacerber les sentiments qui peuvent déjà l’être par le fait de l’insularité. »

« Effet Bataclan »

Les forces de l'ordre étaient fortement représentées
Les forces de l’ordre et les militaires avaient répondu présent

Cette année encore, le vice-rectorat a fait une remontée systématique, « tous les soirs », au ministère de l’Education nationale, « Nous avons enregistré 272 incidents, en hausse significative sur la précédente année scolaire ».

En adéquation avec les chiffres donnés par le procureur, d’une multiplication par 2 des atteintes aux personnes, et par 1,5 aux biens. « Il y a aussi un effet thermomètre puisque nous avons demandé aux chefs d’établissement de relayer systématiquement les faits. »

Selon Stéphane Planchand, il y a un « effet Bataclan » dans les atteintes aux biens, « des jeunes tenaient des propos se revendiquant d’idées terroristes. » Quant aux atteintes aux personnes, ce sont des violences physiques ou sexuelles, « dont le nombre est talonné par celui des atteintes à la sécurité des établissements, par blocage ou intrusions. Nous en avons contenu la montée en puissance par une meilleure protection des établissements. »

Sanctionnés pour abandons de poste

La place de la religion musulmane et le rôle des cadis exposés par Younoussa Abaine
La place de la religion musulmane et le rôle des cadis exposés par Younoussa Abaine

75% des incidents sont ainsi cantonnés aux abords des établissements, « liés aux fréquents règlements de compte entre bandes. Vous serez aussi confrontés aux barrages ou aux blocages de route. »

Il invitait les enseignants à être à l’écoute des abus sexuels, mais aussi à ne pas en être les auteurs, citant un tract qui dénonçait ces pratiques.

En terme de devoirs, la vice-recteur lui emboitait le pas en rappelant qu’un certificat médical n’autorisait pas la sortie du territoire. Elle nous confiera que certains enseignants ont été sanctionnés pour abandon de poste cet été, « partis avant la fin de l’année, ils n’ont pas été payés. »

Stéphane Planchant ne pouvait passer sous silence les directives de rentrée de la ministre Vallaud-Belkacem sur les risques attentats : « Ce qui insuffle une nouvelle culture pour nous. Nous savions quitter un établissement en bon ordre en cas d’incendie, où y rester confiné en bon ordre aussi, en cas de risque chimique extérieur. Là, on nous dit qu’en cas de vigilance attentat, il faut se sauver ! »… Des rires fusent. Un référent sûreté sera nommé. Comme ce fut le cas pour la laïcité. Les maladies de ce début du XXIème siècle en somme…

Bac+3, voire +2

Projet pédagogique et réforme du collège détaillés par la vice-recteur (ici aux côtés du préfet Frédéric Veau)
Projet pédagogique et réforme du collège détaillés par la vice-recteur (ici aux côtés du préfet Frédéric Veau)

Stéphane Planchand concluait ce tableau peu engageant, mais réaliste, par des recommandations anti agression : « Ne laissez pas votre porte ouverte et ne téléphonez pas dans la rue. »

La vice-recteur Nathalie Costantini dresse au JDM le bilan d’une rentrée sans trop grande difficultés, après avoir bouché les trous des enseignants manquant : « Entre les partants et les entrants, nous avions un solde positif dans les deuxième degré », assure-t-elle, « mais les inscriptions scolaires en hausse constante nous a amené à créer des postes, et donc à recruter. Le constat de rentrée met d’ailleurs en avant 2.000 élèves supplémentaires, nous en aurions donc 95.000 cette année.  »

En réponse, ils sont 1.600 contractuels à avoir été recrutés, « avec une exigence de Bac+3, et quelques uns en Bac+2. »

La réforme du collège se penche vers les jeunes défavorisés

Les deux premiers diplômés d'arabe, désormais enseignants, avec la vice-recteur et leur enseignante
Les deux premiers diplômés d’arabe, désormais enseignants, avec la vice-recteur et leur enseignante

Mayotte ne démérite pas, insiste-t-elle, avec 83,3% de réussite au Brevet des collèges 2016, « contre 75,5% en Guyane. » Contrant la question de l’harmonisation des notes, « cela se fait partout ailleurs, y compris en métropole et en Guyane. »

La grande nouveauté cette année sera la mise en place de la réforme du collège, « tous les enseignants ont été formés l’année dernière », et un bilan sera fait à la fin du premier trimestre. Une réforme qui impose de dresser un pont avec le Centre Universitaire, « dans l’idée d’une meilleure préparation post-Bac », ainsi que 4 université métropolitaine, et l’IEP de Lille.

Un travail sera fait avec Pierre Mathiot, délégué ministériel aux “Parcours d’excellence”, pour accompagner des jeunes de milieux populaires vers l’enseignement supérieur, en commençant par viser les collèges REP+.

Enfin, l’accent sera mis sur le plurilinguisme, avec l’introduction du portugais, la poursuite avec le chinois, l’italien et l’arabe. Etaient d’ailleurs présent, les deux premiers enseignants mahorais diplômés en langue arabe.

Lil Styl'z a encore amélioré son programme
Lil Styl’z a encore amélioré son programme

Les dernières difficultés sont en passe d’être réglées, et un chiffrage définitif sur le nombre d’élèves et les besoins sera publié au 15 octobre.

La journée était ponctuée de prestations du champion loca du hip-hop Lil Styl’z, sacré meilleur show au Boty France 2015.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139509
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139509
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139509
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139509
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139509
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139509
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...