28.9 C
Dzaoudzi
mardi 23 avril 2024
AccueilEconomieDotation de 20 M€ pour les constructions scolaires : « Bien en...

Dotation de 20 M€ pour les constructions scolaires : « Bien en deçà des besoins »

Saïd Omar Oili accueillait Ericka Bareigts
Saïd Omar Oili accueillait Ericka Bareigts

« C’est une bonne nouvelle pour Mayotte qui découle du mémorandum remis par notre délégation d’élus à Manuel Valls en avril dernier. C’est le fruit d’une action collective et qui doit le demeurer », explique au JDM le président de l’Association des maires de Mayotte, le fraîchement décoré Saïd Omar Oili, « ça va soulager notre gestion des écoles. » Les maires doivent en effet jongler avec des écoles, vétustes, et souvent non rétrocédées parce que jugées non conformes par la commission de sécurité. Des établissements en nombre insuffisant pour absorber la pression démographique, sujet sur lequel nous avions interpellé la ministre lors de la conférence de presse de sa fin de séjour.

L’enveloppe de 10 millions d’euros supplémentaires annoncée par Ericka Bareigts va donc doubler la capacité de construction. Mais l’élu nuance aussitôt : « C’est encore insuffisant. Nous avons monté un dossier avec les besoins des communes qui a fait l’objet d’une programmation pluriannuelle jusqu’en 2020. Il en découle un investissement global de 200 millions d’euros. » Un besoin de 40 à 50 millions d’euros par an donc.

La commune de Dzaoudzi Labattoir a déboursé plus de 10.000 euros pour produire cette étude, et son maire entend bien s’y retrouver en obtenant le bon compte, « on ne peut pas s’abriter derrière un déficit de projet dans ce cas », glisse-t-il.

Des communes plus exposées que d’autres

Accompagner les très jeunesEn matière de répartition, c’est désormais l’Etat qui supervise l’emploi de ses deniers après les déboires du SMIAM. « Les besoins estimés par les maires sont analysés par le vice-rectorat et la DEAL, nous ne faisons que signer la répartition par commune », rapporte Saïd Omar Oili. Il regrette que les maires ne soient pas consultés en amont : « Les services de l’Etat pourraient se déplacer dans les communes pour étudier la faisabilité de certaines opérations. Cela éviterait les blocages liés au foncier. » Il appelle à un diagnostic partagé.

D’autre part, le Plan pluriannuel doit être évolutif selon lui : « Les effectifs de certaines communes sont en augmentation constante, comme Koungou ou Mamoudzou, d’autres sont en régression, notamment en lien avec le délogement de certaines populations. »

Une goutte d’eau à 10 millions d’euros

Rivo présente ses revendications à la ministre
Rivo présente ses revendications à la ministre

Il revient sur une incompréhension qui est née lors de la rencontre d’Ericka Bareigts avec les maires, « 50 millions d’euros avaient été annoncés », là où il s’agit en réalité de l’enveloppe habituelle des constructions du second degré. « Il faut savoir ce que l’on veut pour Mayotte », conclut-il, « soit on augmente graduellement, soit on met les moyens nécessaires. »

La réaction du SNUipp était attendue, puisqu’avec l’indexation, c’est le combat historique de ce syndicat du premier degré. Son secrétaire départemental Rivomalala Rakotondravelo avait réservé un comité d’accueil à la ministre Ericka Bareigts, avant d’être reçu par ses conseillers. Rivo avait aussi interpellé il y a 4 ans le candidat au présidentielle François Hollande de passage à Mayotte, qui avait pris l’engagement, de campagne, de faire sortir 100 salles de classe par année de quinquennat.

« On en est bien loin ! Surtout pour rattraper le manque d’ici la fin de sa mandature », répond au JDM Port Saïd Ansiffoudine, secrétaire départemental adjoint du SNUipp en l’absence de Rivo : « Nous avons estimés les besoins à 600 salles de classe, notamment en rénovation, et pour garantit l’hygiène et la sécurité. Ces 10 millions d’euros sont donc une goutte d’eau là où il faudrait un Plan Marshall. »

Une avancée saluée, mais trop maigre pour que ces acteurs s’en félicitent.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139521
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139521
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...