25.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEconomieETPC condamnée à une amende avec sursis pour homicide involontaire

ETPC condamnée à une amende avec sursis pour homicide involontaire

Laurent Sabatier présidait l'audience collégiale (Image d'archives)
Laurent Sabatier présidait l’audience collégiale (Image d’archives)

Ce 20 décembre 2011, plusieurs enfants jouent dans l’enceinte de la carrière de ETPC à Koungou. Malgré la présence de panneaux en interdisant l’accès, ils vont se baigner dans le bassin de rétention. « Un jeune marche sur quelque chose dans l’eau, il s’agit du corps de R., 8 ans, qui vient de se noyer », le président de l’audience collégiale du tribunal correctionnel, Laurent Sabatier, revient sur les faits.

La réglementation est stricte : une carrière ne peut être exploitée que si elle est clôturée, mentionne un arrêté de 1994. Tout contrevenant s’expose à une contravention de 5ème classe. Boris Duverger, gérant de la société, est à la barre et explique que dans un premier temps, ETPC avait clôturé l’espace à proximité des habitations, pour se protéger de toute intrusion : « Les villageois passaient fréquemment pour se rendre aux champs. »

Pour le juge, c’est le bassin de rétention qu’il fallait privilégier, tout en indiquant qu’à 8 ans, le jeune était en âge de lire et de comprendre les panneaux d’interdiction, « ses copains le diront, ils savaient que c’était interdit, le personnel d’ETPC le leur disait. » Il vient de synthétiser les arguments en présence.

Des constats d’huissier à chaque intrusion

Les barrières trop souvent vandalisées à Mayotte (ici à l'amphidrome en Grande Terre)
Les barrières trop souvent vandalisées à Mayotte (ici à l’amphidrome en Grande Terre)

Clôturer l’ensemble, c’était l’étape suivante que la société avait commencé à mettre en place dès le mois de mai 2011, « mais les grèves et les blocages qui ont commencé en septembre 2011 nous ont obligés à suspendre », rappelle Boris Duverger. L’accident survient en décembre, alors que l’île se réveille de ce sursaut social.

D’autre part, les barrières sont fréquemment volées. Après l’accident, elles sont remplacées par un système plus costaud, appuyées sur des piquets fichés dans le béton, plus compliqués à dérober. Une double enceinte, dont la 1ère protège le site même, et la seconde, l’ensemble du périmètre de la carrière.

« Pourquoi avoir attendu la mort d’un enfant pour renforcer la protection ? », s’interroge la substitut du procureur qui reste sur l’arrêté préfectoral qui impose de clôturer. Une enceinte qui est encore l’objet d’intrusion, comme l’explique Boris Duverger : « Des personnes se créent un passage sous la barrière. Nous faisons maintenant systématiquement des constats d’huissiers. Nous avons également alerté l’Etat sur les habitations qui se rapprochent, mais personne n’est intervenu. »

Surveillance des parents

Carrière Colas-ETPC à Koungou
Les carrières, pas un terrain de jeux

Le directeur de la société de l’époque avait rendu visite à la famille, « il aurait dû être plus présent, au moins par le biais de son avocat », relève la partie civile, les parents de l’enfant, par le biais de son avocat. Il rajoute qu’un premier courrier d’une riveraine avait alerté la société sur un déficit de protection, « et ETPC savait que des enfants venaient se baigner, deux employés l’ont attesté. »

Les parents se sont portés partie civile, ainsi que l’avocat à la place des enfants. Mais les conclusions étant parvenues trop tard à l’avocat de la défense, le jugement des intérêts civils est renvoyé au 3 février 2017.

La procureur demandera 20.000 euros d’amende dont 10.000 euros avec sursis.

Maitre Kamardine axe la défense de ETPC autour de deux points. « La procureur accuse ETPC d’avoir contribué à la noyade, mais l’attitude des parents n’est-elle pas en cause ? On ne peut se soucier de leur présence que le soir, il avait 8 ans ! C’est un problème que nous retrouvons toujours dans notre salle d’audience. ». Un argument qu’il compte réitérer à l’audience de jugement des intérêts civils.

Le vol des barrières sera sa deuxième charge, en direction du parquet : « ETPC dépose plainte, sans réaction, et ceux-là même qui sont chargés d’en donner suite, viennent reprocher l’absence de protection ?! » Il invite ensuite le juge Sabatier à venir « en vadrouille » du côté de Koungou constater les dégradations sur les clôtures, « en déplacement judiciaire », corrige en souriant le magistrat.

Il conclut sa plaidoirie sur la reconnaissance d’un homicide involontaire, mais s’il y a amende, demande du sursis, « la société a fait beaucoup d’efforts pour renforcer sa protection. »

Il sera entendu puisque si ETPC est reconnue coupable d’homicide involontaire, elle est condamnée à une amende avec sursis de  5.000 euros .

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139518
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139518
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139518
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139518
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139518
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139518
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...