28.9 C
Dzaoudzi
samedi 2 mars 2024
AccueiljusticeUn an de prison pour avoir menacé des policiers municipaux

Un an de prison pour avoir menacé des policiers municipaux

Barre tribunalDe sursis simple en sursis avec mise à l’épreuve, K. n’aura pas compris la leçon. C’est en tout cas ce qu’estime le tribunal qui avait à juger ce mardi le cas d’un très jeune majeur : K. a accumulé les condamnations auprès du tribunal pour enfant. Il partira cette fois à Majicavo.

« On peut se demander à quoi servent les sursis ! », s’interroge la substitut du procureur, qui revient sur les 3 condamnations de K. à 6 mois, 4 mois et 5 mois de prison avec sursis pour des faits répétés de vol avec circonstances aggravantes, « et quelques mois après, il recommence !  »

Ils sont une bande de jeunes à sévir dans le quartier de la Ferme à Dzaoudzi. Le 23 juin 2016, une bagarre éclate entre eux, et K. se saisit d’un pic à brochette, « il est en colère, il veut planter un de ses copains », rapporte la magistrate. A ce moment, des policiers municipaux arrivent, tentent de récupérer le pic, mais l’homme se débat, et les insulte : « je vous em…., enf… de sales poulets », et un chapelet de noms d’oiseaux. Il les menace de mort.

« Il a épuisé la panoplie des mesures éducatives ! »Véhicule de police municipale de Mamoudzou

K. est absent de l’audience, mais on apprend que c’est un grand gaillard que parviennent finalement à maîtriser les 4 policiers. L’un d’entre eux témoignera lors de l’enquête, « on en a marre de ces jeunes qui sont toujours là, et lui, depuis son enfance, fait n’importe quoi. »

On apprendra aussi que dans le cadre une peine préventive, K. a déjà été sous bracelet électronique, « on voit ce que ça a donné. Il a épuisé la panoplie des mesures éducatives ! », s’exclame la représentante du parquet. Qui demandera une peine de 3 mois ferme, à laquelle elle rajoute les sursis révoqués, soit 12 mois de prison.

Le juge Banizette commencera par féliciter le policier pour son action quotidienne sur l’ordre public, et suivra les réquisitions du parquet, en condamnant K. à 3 mois de prison ferme dans cette affaire, et en compilant la révocation des sursis de 4 et 5 mois, le condamnera à 1 an de prison.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...