27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 28 février 2024
AccueilEducationLangues maternelles : Pas d’évolution de leur enseignement à Mayotte

Langues maternelles : Pas d’évolution de leur enseignement à Mayotte

Marelle école enfantsMourir pour sa langue maternelle… Tous les acteurs de la Journée Internationale de la langue maternelle (JILM) qui se tiendra samedi à Chirongui (Lire Programme JILM 2017), n’en sont pas au combat des étudiants bangladeshi qui avaient trouvé la mort en 1952 Dhaka (Bangladesh) pour avoir protesté contre l’imposition de l’Urdu en tant que langue nationale, eux qui parlaient le Bangla. Leur action est à l’origine de cette JILM.

Car les mentalités de nos institutionnels à Mayotte ont bien évolué depuis les blocages du vice-recteur Cirioni lors du colloque sur le plurilinguisme animé par des pointures en mai 2010. Dès son arrivée, il y a prés de 3 ans, la vice-recteur Nathalie Costantini nous avait assuré de sa volonté d’avancer sur le sujet de l’utilisation, voire de l’enseignement des deux langues, le shimaore et le kibushi, à l’école.

Et pourtant, rien n’a évolué. Si le chercheur en linguistique Foued Laroussi fut le leader, Rastami Spelo, enseignant au CUFR et président de l’association Shime, y consacre son énergie : la langue maternelle assure un équilibre à l’enfant, et un pont vers la langue française. Une enseignante de primaire expliquait au JT de Mayotte 1ère combien il était difficile de faire comprendre aux enfants des notions abstraites en français, quand le passage par le shimaore le permet.

Du shimaore ou du chinois ?

50.500 élèves dans le 1er degré
Nathalie Costantini ne veut pas lancer un apprentissage à la légère

Nathalie Costantini explique les raisons de cet immobilisme : « Il faut avant tout que le shimaore et le shibushi soient considérées comme des langues. Si nous voulons nous appuyer sur les langues maternelles en dépassant le niveau de la bonne conscience, nous devons avoir quelque chose de structuré. Il faut travailler avec des linguistes, comme Rastami Spelo, et solliciter les parlementaires pour qu’ils définissent ce que sont ces deux langues. »

Elle illustre ses propos par un exemple : « Une année, un enseignant avait produit un imagier en langue régionale, qu’il avait soumis aux petites sections. Les enseignants n’en ont pas voulu, car c’est un shimaoré qu’ils ne comprenaient pas, issu de Grande Comore. J’ai besoin d’un document officiel qui explique ce qu’est cette langue, une langue régionale ? Une langue vivante étrangère ? On ne peut pas commettre d’erreurs, ce serait irresponsable. Et sans ce travail, impossible de proposer une de ces langues au Bac. »

Introduction par petites touches

La représentante de l’Education nationale évoque l’ancien support qu’était l’Enseignement de la Langue et de la Culture d’origine, l’ELCO, qui concernait six langues (l’arabe, l’espagnol, l’italien, le portugais, le serbe et le turc), et qui retraçait leur histoire, l’évolution de ses effectifs, l’organisation et le pilotage, les programmes, supports et pratiques pédagogiques et faisait un bilan de son évaluation.

En attendant que ce travail soit mené, la vice-recteur a proposé des modules de shimaore et de shibushi, « pour qu’au moins elles soient un outil comme le numérique pour améliorer la compréhension des élèves », et compte tester d’autres pistes.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...