27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 22 février 2024
AccueilEconomieConciliation Conseil départemental-MCG : Accord verbal

Conciliation Conseil départemental-MCG : Accord verbal

Les grues et RTG de la discorde
Les grues et RTG de la discorde

Nous n’allons pas remonter le fil de la discorde entre Ida Nel, présidente de Mayotte Channel Gateway (MCG) et le conseil départemental. Elle tourne essentiellement autour du périmètre de la Délégation de Service public (DSP) en matière de manutention. L’entreprise historique de dockers sur le port, la SMART, est concurrencée par Manu port, filiale de MCG. Un monopole déguisé ou une concurrence légale ?

Pour y voir plus clair dans cette DSP où la Chambre régionale des Comptes avait noté 14 irrégularités, le conseil départemental avait déposé au tribunal administratif une requête en interprétation. Il était débouté le 2 décembre 2016 au motif qu’il aurait du auparavant initier une tentative de conciliation avec la société MCG.

Ce qui fut demandé, et c’est le juge Christian Lambert, ancien président du Tribunal administratif de La Réunion, qui a mené la mission cette semaine. Elle comprenait également deux émissaires du ministère des Transports, François Marendet, Ancien directeur du port autonome de Nantes Saint Nazaire qui a évolué après lui vers un Grand Port Maritime, et ancien directeur de l’Ecole nationale de Marine marchande, et Jean-Claude Terrier, ancien Directeur du Grand Port autonome de Marseille.

Accord sur les tarifs

Le président et les élus renouvellent leur appui à Rivo
Le président Soibahadine rapporte un bon climat de médiation

Une rencontre préparatoire s’est déroulée ce lundi, pour une réunion de conciliation mardi. « Un accord a été conclu sur le règlement d’exploitation, et en particulier sur la grille tarifaire, notamment pour les grues et les RTG », nous rapporte Soibahadine Ibrahim Ramadani, le président du conseil départemental. Les tarifs élevés proposés par Ida Nel seront transmis à l’expert nommé par le tribunal administratif qui l’avait déjà débouté sur ces montants. Le conseil départemental lui, intègre la défiscalisation obtenue de l’Etat par Ida Nel, pour proposer des tarifs beaucoup plus bas, pour minimiser l’impact sur les prix aux consommateur.

Il rapporte un bon climat de médiation, « inhabituel lors des habituelles négociations avec MCG qui se font à couteaux tirés. »

Les agents de la SMART pourront utiliser les grues de MCG, « selon les mêmes termes que le protocole du 23 décembre 2015 », mais qui n’avait pas été respecté par la gestionnaire du port. Il s’agit de mettre le personnel SMART à disposition de MCG, seule condition pour que cette dernière conserve la défiscalisation sur les grues et les RTG, « un outillage adapté à son programme », selon les propos des deux anciens directeurs de port, rapportés par l’Union Maritime.

L’Etat ne peut se payer Longoni

Jacques-Martial Henry
Jacques-Martial Henry: “Un accord a été trouvé sur strictement tous les points”

Mais le point central portant sur l’activité du manutentionnaire n’a pas encore été précisé souligne Soibahadine Ramadani : « Nous devons attendre le jugement du tribunal administratif, maintenant que nous avons respecté la clause de conciliation. » La requête en interprétation sera donc relancée dès que le protocole de conciliation sera signé.

Jacques-Martial Henry, Chargé de mission pour MCG, confirme qu’un accord a été trouvé, « strictement sur tous les points, y compris la manutention. Chaque partie a fait des concessions dans une volonté d’aller de l’avant. »

L’Union Maritime de Mayotte (UMM) avait elle aussi rencontré les deux émissaires du ministère des transports : « Ils sont tous les deux favorables à redémarrer la DSP », commente Norbert Martinez son président, signifiant que le sujet du Grand Port Maritime n’a pas été abordé. Et la raison serait financière pour lui, « il ne faut pas compter sur l’Etat pour se substituer au département, notamment sur le volet financier. Les deux émissaires concèdent qu’il y a bien un problème de gouvernance, mais qu’un changement serait compliqué. »

Le président du département nous indique pourtant être toujours tourné vers une réflexion d’évolution du statut du port.

Le protocole est en cours de rédaction à l’initiative du juge Lambert, « assisté des avocats des deux parties ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139507
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139507
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139507
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139507
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139507
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139507
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...