30.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 avril 2024
Accueilorange800 plaintes non traitées : le commissaire Jos s’explique sur sa note...

800 plaintes non traitées : le commissaire Jos s’explique sur sa note de service

Une situation dont il a héritée, et qu’il essaie de redresser, c’est la position du DDSP de Mayotte sur ce conséquent retard de traitement des plaintes. Certaines ne sont plus exploitables, d’autres sont relancées.

Une note de service du commissariat de police de Mamoudzou, révélée par la presse locale, fait état de 800 plaintes non traitées à

Le Commissaire Philippe Jos avant son entretien avec le ministre de l'Intérieur au Commissariat de Mamoudzou
Le Commissaire Philippe Jos avant son entretien avec le ministre de l’Intérieur au Commissariat de Mamoudzou

ce jour, et qui remontent sur plusieurs années. Philippe Jos, le Directeur départemental de la Sécurité Publique, s’explique sur ce sujet au JDM : « Il s’agit en effet d’un point de situation du retard de traitement judiciaire et des moyens à mettre en œuvre pour le traiter. Et ce, en toute transparence. Ce travail a été mené sous le contrôle du procureur. »

Une situation qu’il a découverte en prenant son poste il y a 5 mois, « qu’on peut relier à un manque de personnel, mais aussi à un problème d’organisation du commissariat, que j’avais identifié à mon arrivée. Il faut quand même signaler que des retards dans le traitement des dossiers, il y en a dans tous les commissariats, ce n’est pas une spécificité mahoraise. »

Par élimination

Il indique pour autant « ne pas fermer les yeux » sur ce volume de plaintes non traitées qui concerne des vols et des agressions, « c’est d’ailleurs l’objet de cette note de service que j’ai écrite en toute transparence. Dans un premier temps, je dresse le constat de la situation, pour ensuite établir un vademecum destiné à venir à bout de la situation, en accord avec le procureur. »

Il a du faire du tri. Certains dossiers sont anciens, « et ne sont plus exploitables en l’état, ils ont été classés par le procureur », d’autres vont être relancés, « les éléments qu’il est possible de gratter ont été confiés aux enquêteurs, qui se sont remis dessus. »

La réorganisation du commissariat, qu’il avait annoncée en préalable, est donc toujours en cours pour maximiser son efficacité.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...