28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 25 avril 2024
AccueilorangeSollicités pour constituer des jurys populaires d’Assises, les maires sont dubitatifs

Sollicités pour constituer des jurys populaires d’Assises, les maires sont dubitatifs

Gracieuse Lacoste, à gauche, et Robert Ampuy, à l'extrême droite de la photo
Gracieuse Lacoste, à gauche, et Robert Ampuy, à l’extrême droite de la photo

« La Justice rendue par le peuple est infaillible », énonce une maxime qui nous vient tout droit du siècle des Lumières, comme nous l’avait rappelé Robert Ampuy, l’avocat général prés de la Chambre d’Appel de Mamoudzou, et qui justifie le recours à un jury populaire en Cour d’Assises. Ce sont des citoyens tirés au sort qui participent, aux côtés des magistrats professionnels, au jugement des crimes.

Une cour d’Assises qui peine à trouver des bonnes volontés à Mayotte.  Ce qui justifie que les chefs de cour, la première présidente de la Cour d’Appel de Saint-Denis de La Réunion, Gracieuse Lacoste, en tête, aient sollicité récemment le concours des maires. En métropole, les jurés sont tirés au sort à partir des listes électorales.

Mais à Mayotte, les problèmes de nationalité, et de connaissance de la langue, impliquent une autre organisation : « Les jurés sont tirés au sort à partir d’une liste de personnes qui doivent remplir plusieurs critères : avoir 23 ans, ne jamais avoir été condamné, être de nationalité française, parler et lire le français », nous avait expliqué Robert Ampuy.

La Justice populaire sur un territoire où tout le monde se connaît

Saïd Omar Oili et Mohamed Majani, maire de Mamoudzou, à l'audience solennelle de rentrée du tribunal
Saïd Omar Oili et Mohamed Majani, maire de Mamoudzou, à l’audience solennelle de rentrée du tribunal

Alors que 6 assesseurs jurés étaient nécessaires pour juger en première Instance, la loi Egalité réelle vient d’en abaisser le nombre à 3, permettant de ne plus bloquer les audiences. Il en faut toujours 6 en appel. La défense peut récuser 1 juré en 1ère Instance et 2 en appel.

Difficile malgré tout de trouver des assesseurs jurés, et les maires ont été sollicités pour désigner parmi leurs concitoyens, des personnes répondant aux critères. Une fiche pratique leur sera adressée. Les maires ont répondu favorablement à l’appel tout en s’interrogeant sur cette difficulté de trouver du monde. Saïd Omar Oili, le président de l’Association des Maires de Mayotte (AMM), a une explication : « Nous sommes sur une petite île, tout le monde se connaît. Le maire de Bouéni a avancé qu’un juré avait été menacé. »

Ce qui pose le problème de l’existence de la justice populaire sur un petit territoire. Le juré ne doit en effet pas connaître l’accusé, et il ne faudrait pas qu’un lien, même distendu, n’influence un jugement par peur de représailles. « Surtout que le condamné ne sait pas qui a voté quoi. »

Les cadis comme assesseurs-jurés

Une cour qui a besoin de toutes les bonnes volontés pour juger les criminels
Une cour qui a besoin de toutes les bonnes volontés pour juger les criminels

« N’oublions pas que nous, Mahorais, avons une relation particulière avec la justice », poursuit Saïd Omar Oili, « nous avons déjà beaucoup de mal à déposer plainte, habitués que nous sommes à ce que tout soit arrangé par les cadis. » Les cadis justement, il les verrait bien comme assesseurs jurés, pour ceux qui maitrisent le mieux la langue française, « il faut en tout cas trouver une solution à l’engorgement de ce tribunal. »

Il y a urgence puisque ce sont 156 dossiers criminels qui sont actuellement en attente d’être jugés, selon les chiffres d’activité pénale fournis lors de l’audience solennelle du 20 février dernier. Or, la Cour tient 4 audiences par an, au cours desquelles sont traités environ 25 dossiers. Un tiers des dossiers ne sera donc pas traité dans le meilleur des cas, c’est à dire si des citoyens acceptent de siéger aux côtés des magistrats.

Rappelons que l’assesseur juré est sélectionné pour une seule affaire, soit 1 à 3 jours en moyenne. Un défraiement de 64 euros par jour est prévu, ainsi qu’un dédommagement de 15 euros par repas, et le remboursement des frais kilométriques ou du taxi. Il est possible d’adresser un courrier de demande au procureur tribunal* (courrier-type-dassesseur-jures-a-la-cour-dassise)

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

* Route Nationale 1 Kawéni
BP 106
97600 MAMOUDZOU

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...