27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 22 février 2024
AccueilorangePour Thani Mohamed, «la désagrégation de la famille à l’origine des problèmes...

Pour Thani Mohamed, «la désagrégation de la famille à l’origine des problèmes de l’île»

Les différents intervenants autour d'Ali Nizary (3ème en partant de la gauche)
Les différents intervenants autour d’Ali Nizary (3ème en partant de la gauche)

L’Union Départementale des Associations familiales fait de plus en plus parler d’elle, et a réussi à s’implanter en très peu de temps dans le paysage mahorais, comme le faisait remarquer la directrice adjointe de la Direction de la Jeunesse et des Sport, qui représentait la préfecture de Mayotte.

Elle assistait ce vendredi matin à l’Assemblée générale de l’UDAF, organisée par son président Ali Nizary, et en présence de du sénateur Thani Mohamed Soilihi, du vice-président chargé de l’action sociale et de la santé, Issa Issa Abdou, de la directrice de la Caisse de Sécurité Sociale de Mayotte (CSSM) et de la mairie de Mamoudzou.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : de quelques familles adhérentes lors de sa création en 2014, l’UDAF Mayotte est passée à 835 en 2016, et enregistre en son sein 17 associations familiales agréées adhérentes.

Appel du pied pour un appel de fonds

Les représentantes de la CSSM et de la DJSCS
Les représentantes de la CSSM et de la DJSCS

L’UDAF représente l’intérêt des familles en observant leurs besoins, et en gérant de nombreux services à leur destination, comme la médiation familiale en cas de problèmes, le service de mandataire judiciaire à la protection des majeurs (tutelle ou curatelle), elle peut aussi mener une action civile en cas de menace de leurs intérêts matériels et moraux.

Depuis 2014, année de sa mise en place, l’UDAF Mayotte a progressivement investi ces missions. Elle a été dotée d’un budget global de 519.011 euros en 2016, abondé par la DJSCS (121.270€), l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF, 145.694€), le conseil départemental (15.000 €), le ministère de la justice (31.000 €), la préfecture (10.000€) et de la CSSM (38.355€), commentés par sa directrice Ymane Alihamidi-Chanfi, « une enveloppe réduite car Mayotte n’est pas éligible au Fonds national d’Action sociale ».

C’est un discours militant auquel elle se livrait alors. Tout d’abord auprès du sénateur Thani Mohamed Soilihi : « L’accès à ce fonds permettrait un fonctionnement pérenne des associations du territoire. » Elle se réjouissait que depuis cette année Mayotte soit enfin « sur les starting-blocks » du développement social, notamment « grâce à la feuille de route du Schéma Départemental des services aux familles ».

Finances et parentalité

Ali Nizary et Issa Issa Abdou
Ali Nizary et Issa Issa Abdou

Auprès d’Issa Abdou ensuite : « L’UDAF manque de co-financement, il faut créer un comité de financeurs. » Et enfin avec l’Etat sur des sujets vitaux : « Nous devons négocier autour de 4 axes : un meilleur accompagnement à la parentalité, sur les liens parents-écoles, décliner les dispositifs nationaux ‘parentes-écoles’ et développer le pilotage Départemental. »

Car il y a crise autour de la parentalité, que traduit Thani Mohamed : « La famille joue une place centrale. Jusqu’à présent, enrichie par des apports extérieurs, la société mahoraise était une société aboutie. Mais elle a été perturbée par les évolutions de ces XXème et XXIème siècle. C’est la désagrégation de la famille qui explique les problèmes sociaux et économiques que nous vivons. »

Les crises, l’UDAF les a affrontées, informe Ali Nizary, « celle de l’école pour laquelle nous avions réuni les associations de parents d’élèves, celle des ‘décasés’, pour laquelle nous avons rencontré les associations humanitaires à Paris pour expliquer la problématique. » Il en déduit un premier axiome, « nous devons d’abord discuter des conflits et les régler ici, sous peine d’être incompris par les regards parisiens. »

Une partie des participants
Une partie des participants

Des commissions de réflexion seront créées à cet effet. Autre nouveauté, les ‘médailles des familles’ vont faire leur apparition.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...