31.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 mars 2024
AccueiljusticePeines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation...

Peines de prison avec sursis pour les habitants-justiciers de Chiconi : Indignation du Collectif

Le Collectif de Chiconi se concerte, sonné par le jugement
Le Collectif de Chiconi se concerte, sonné par le jugement

Des jeunes avaient volé et caillassé, et leurs victimes sont à leur tour devenus des agresseurs en les corrigeant. Un schéma sur le mode règlement de comptes que n’apprécie pas la justice qui vient de condamner trois habitants de Chiconi à de la prison avec sursis.

Après avoir eu une de ses maisons, squattée, son téléphone professionnel volé, ses fenêtres explosées, cet informaticien avait décidé d’une expédition punitive contre les 5 jeunes qu’il avait rapidement retrouvés. Avec quelques amis, il les amène dans un container équipé d’un matelas, après les avoir corrigés, l’un d’une gifle, l’autre avec le plat d’un coupe-coupe. C’est pour violences, enlèvement et séquestration en réunion, que les trois hommes se retrouvaient à la barre.

Pas d'”exception mahoraise”

"Nous sommes à bout!", lâchait la porte-parole du Collectif
“Nous sommes à bout!”, lâchait la porte-parole du Collectif

Lors du jugement, le procureur les accusait d’avoir mené « une opération », refusant d’entériner la justice publique comme une « exception mahoraise ». Le tribunal le suivra dans ses réquisitions, condamnant deux d’entre eux à 12 mois de prison avec sursis, et le troisième à 4 mois avec sursis. Ils les condamnent en outre à verser au 1er jeune 3.000 euros pour préjudice moral, et 6.000 euros pour préjudice physique, au 2ème, respectivement 3.000 euros et 1.000 euros. Et 1.000 euros pour chaque préjudice aux autres jeunes. Les 5 victimes s’étant portées partie civile.

La portée des condamnations trouve un écho agité du côté du « Collectif pour le bien-être des habitants de Chiconi », « Fandzaria Maecha Chiconi Sohoa » : « Nous avons tous subi les agressions de ces jeunes, il y a au moins 20 plaintes contre eux. A quel moment l’Etat va-t-il les punir ?! Au lieu de ça c’est nous qui sommes punis deux fois, par leur violence, et par la justice. A Chiconi, ils pillent tous les jours les maisons, que font leurs parents ? Rien. Et l’Etat ne leur dit rien. Et leur avocat trouve ça normal, parce qu’ils ont des cases en tôle et nous des belles maisons. Nous sommes à bout ! »

Jugement clément pour les policiers

Les collègues des deux policiers à la sortie de la salle d'audience, ainsi que leurs deux avocats
Les collègues des deux policiers à la sortie de la salle d’audience, ainsi que leurs deux avocats

Ça s’est mieux passé en revanche pour les deux policiers mis en cause dans une affaire de coup d’achat de stupéfiant, qui avaient dissimulé des pièces utiles à l’enquête, dont un téléphone détruit, modifié les PV, mais où leur hiérarchie avait aussi été mise en cause. Le procureur avait requis pour chacun 6 mois d’emprisonnement avec sursis et l’interdiction d’exercer dans la police pendant 3 ans. La peine prononcée sera beaucoup moins sévère.

Le premier, aux états de service jusque là irréprochable, sera condamné à 5.000 euros dont 4.000 euros avec sursis, et interdiction d’exercer ses fonctions de police judiciaire pendant 3 ans. Hormis cette restriction, il reste donc intégré à la police nationale.

Le second est condamné à 3.000 euros d’amende, dont 2.500 euros avec sursis, avec la même restriction que son collègue sur les fonctions de police judiciaire. Cette condamnation ne sera pas inscrite au bulletin B2 de leur casier judiciaire.

« Le tribunal a tenu compte de la personnalité des prévenus, de la gravité des infractions, et des états de service », expliquait le juge Banizette.

Une condamnation plus légère que les réquisitions qui satisfaisait un des avocats, Me Yanis Soihaïli, à la sortie de la salle d’audience : « C’est un jugement correct. »

Enfin, l’affaire qui jugeait le directeur de la SCEA MAJWAYI, ex-SCAM, pour des heures qu’auraient effectué un salarié sans être payés, s’est soldé par une relaxe « au bénéfice du doute », relevait le juge Banizette, « le tribuynal estime que la gestion de la société laisse fortement à désirer mais il n’existe pas de preuve suffisantes pour prouver une culpabilité. »

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...