31.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 mars 2024
AccueilorangeVisite ministérielle : assumer la déception

Visite ministérielle : assumer la déception

Agnès Buzyn échange avec les manifestants
A Dzoumogné, au CHM et à Dzaoudzi, la ministre a été accueillie par des revendications

Déçus par la visite de la ministre des Solidarités et de la Santé, les agents hospitaliers grévistes avaient reconduit le mouvement le grève ce mardi. En fin de matinée, ils ont été reçus par la directrice du CHM, Catherine Barbezieux.

“Nous avons de nouveau réclamé des mesures pour notre surcharge de travail et une indexation à 53% pour assurer l’attractivité de nos professions”, expliquent-ils au JDM. Ils jugent le bilan “négatif” de la visite de la ministre, “seule la direction a obtenu la signature d’une convention avec la gendarmerie et la police, et l’accès des investissements au COPERMO”, le  Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins.

La directrice de l’hôpital a accepté de tenir un Comité technique d’Etablissement ce jeudi, où tous ces sujets de revendication seront abordés, “du coup, nous suspendons le mouvement”.

“On ne peut pas faire plus et mieux”

Mansour Kamardine (à gauche), a accompagné la visite de la ministre Agnès Buzyn
Mansour Kamardine (à gauche), a accompagné la visite de la ministre Agnès Buzyn

De son côté, le député Mansour Kamardine qui avait interpellé la ministre sur les rattrapages urgents, par le biais d’une question écrite, tire lui aussi un bilan négatif à travers un communiqué* intitulé “On ne peut pas faire plus et mieux avec les personnels déjà en sous nombre et des structures déjà surchargées. Le gouvernement doit ouvrir les yeux et se mettre au travail”.

Revenant sur le désert médical du territoire, les ruptures du parcours de soin, les structures surchargées, la croissance démographique, il évoque les espoirs qu’a suscité la visite ministérielle : “Nous nous attendions à ce que la Ministre nous présente, lors de sa visite à Mayotte, les mesures qu’elle entendait prendre pour enclencher un rattrapage crédible de l’offre de soins ambulatoires et hospitaliers à Mayotte, y compris en terme de prise en compte des contraintes que subissent des personnels de santé sous pression constante.”

Et rappelle ses préconisations : “Elargir le code de la santé de droit commun à Mayotte, étudier sérieusement la création d’une Agence régionale de la santé spécifique, renforcer le personnel de santé en nombre, en moyens et en matière indemnitaire.”

A.P-L.

jdm2021.alter6.com

*On ne peut pas faire plus et mieux avec les personnels déjà en sous nombre et des structures déjà surchargées. Le gouvernement doit ouvrir les yeux et se mettre au travail

Avec plus de trois fois moins de médecins par habitant que la moyenne nationale, vingt-cinq fois moins pour ce qui concerne les médecins libéraux, avec seulement cinq médecins spécialistes hors gynécologues obstétriciens pour l’ensemble du département, avec deux fois moins de spécialités hospitalières, quatre fois moins de pharmacies et de lits en hôpitaux par habitant que la moyenne nationale, Mayotte est le plus grand désert médical de France. Les statistiques de l’Agence régionale de santé de l’Océan Indien sont sans appel : les ruptures de parcours de soins sont multiples, les structures sont surchargées dans des proportions inégalées et les personnels de santé sont en sous effectifs notables et en sur-mobilisation établie, dans tous les domaines. S’ajoute à cette situation la croissance démographique la plus forte de France et l’absence de couverture santé pour plus de quarante pour cent de la population résidant à Mayotte. Voilà les termes avec lesquels j’appelais, en août, Agnès BUZYN à se saisir du dossier mahorais.

Nous nous attendions à ce que la Ministre nous présente, lors de sa visite à Mayotte, les mesures qu’elle entendait prendre pour enclencher un rattrapage crédible de l’offre de soins ambulatoires et hospitaliers à Mayotte, y compris en terme de prise en compte des contraintes que subissent des personnels de santé sous pression constante.

A défaut d’annonce chiffrées, nous nous attentions, à tout le moins, à l’annonce d’une méthode et d’un calendrier. Il n’en a rien été, les déclarations de la Ministre étant considérées unanimement en décalage avec non seulement les attentes mais surtout avec une situation reconnue de tous, y compris de la Ministre !

Faire plus et mieux avec des structures déjà surchargées comme nulle part ailleurs et des personnels de santé notoirement mobilisés au-delà du raisonnable n’est pas possible. Nous demandons donc au gouvernement d’ouvrir les yeux, de remettre rapidement l’ouvrage sur le métier, d’élargir le code de la santé de droit commun à Mayotte, d’étudier sérieusement la création d’une Agence régionale de la santé spécifique, de renforcer le personnel de santé en nombre, en moyens et en matière indemnitaire.

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139509
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139509
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139509
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139509
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139509
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139509
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...