27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 22 février 2024
AccueilFil infoIl traîte des gendarmes de "macaques" et joue son emploi au tribunal

Il traîte des gendarmes de “macaques” et joue son emploi au tribunal

Barre tribunal MamoudzouMalgré quatre témoignages à charge, le prévenu s’est muré dans le déni ce mercredi au tribunal.

Le 17 novembre 2016, le jeune homme manifeste avec d’autres jeunes lors de l’inauguration de la MJC de Sada, reprochant à la municipalité que les jeunes de la commune n’aient “pas été associés” au projet.

Alors que les manifestants tentent d’empêcher la délégation officielle d’accéder à la MJC, les gendarmes se positionnent pour les faire reculer et prévenir tout débordement. Face à eux, un jeune homme se montre particulièrement nerveux. Dès lors, deux versions s’opposent. La première, celle qui mène au tribunal, c’est celle de deux gendarmes mahorais qui affirment avoir été copieusement injuriés et menacés par ce manifestant. “Pauvres macaques”, “idiots de gendarmes” font partie des injures. Les menaces sont plus violentes. “Si je te croise en dehors de ton service, je te fais la peau, je te sors les tripes”.

Des propos en partie corroborés par le témoignage de deux policiers municipaux présents ce jour-là.
Malgré cela, le prévenu nie farouchement. “J’étais agité, mais à aucun moment je n’ai formulé de menaces ou d’insultes, les gendarmes sont là pour maintenir l’ordre, je ne vois pas pourquoi je m’en prendrais à eux. Si j’avais quelque-chose à reprocher, c’était à la municipalité”

Chacun des deux gendarmes s’est constitué partie civile et réclame 2000€ de dommages et intérêts.
La substitut du procureur réclame 6 mois de prison avec sursis, et dénonce “la mauvaise foi” du prévenu.
Elle avance son seul antécédent connu : la semaine précédente, il comparaissait pour n’avoir pas payé 2000€ de dette à la SNCF. La veille de l’audience, il versait 50€. Pourtant, il était supposé pouvoir rembourser plus vite selon le parquet qui note que l’homme travaille à l’aéroport.
Un poste qui nécessite un agrément de la préfecture, que le parquet s’engage à “lui faire retirer” en cas de condamnation.

Une condamnation qui est tombée durement, puisque le prévenu écope de 6 mois de prison avec sursis, et 750€ de dommages et intérêts pour chacun des deux gendarmes. L’avenir de son emploi est désormais entre les mains de la préfecture.

Y.D.

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139513
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139513
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139513
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139513
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139513
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139513
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...