27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 28 février 2024
AccueiljusticeUne fillette martyrisée chez sa tante

Une fillette martyrisée chez sa tante

Le procureur Camille Miansoni
Le procureur Camille Miansoni

Arrivés à Mayotte, l’oncle se sépare de la petite et la confie à une tante. Le calvaire commence. La dame, mère de deux autres enfants, traite la nouvelle venue comme sa bonne à tout faire. Cuisine, ménage, l’histoire rappelle celle de Cosette, dans Les Misérables de Victor Hugo. Mais ce n’est pas une fiction. Un jour, elle demande à la petite de retirer du feu une imposante marmite. Elle se brûle sur la fonte, mais ne sera jamais soignée. Les violences sont telles que les femmes du quartier s’en inquiètent. Un jour, une travailleuse sociale passe par le quartier. Elle est prise à partie par les voisines qui expliquent le cas inquiétant de cette petite. Signalement au parquet, enquête, interpellation.
Amenée chez le médecin, la victime est dans un triste état. Cicatrices de plusieurs centimètres sur les jambes, lésions au visage et à la poitrine, plusieurs plaies non soignées. A la vue des photos prises lors de l’enquête, le président Sabatier tire la grimace. La victime explique en audition que sa tortionnaire la “pinçait avec ses ongles au visage et à la poitrine”. A sang. Interrogée sur la raison de ces violences, elle explique que c’était “nécessaire pour qu’elle arrête ses bêtises”. Avant d’admettre sa faute à demi mot. “Je pense que je suis peut-être allée trop loin dans les violences”.

10 000€ “pour une scolarité normale”

Désormais scolarisée en CM2, la petite victime a trouvé une famille d’accueil dans laquelle tout semble bien se passer selon le responsable de l’Aide Sociale à l’Enfance qui est désormais son tuteur légal. Me Andjilani, pour la partie civile, réclame 10 000€ de dommages et intérêts, afin d’assurer à l’écolière “une scolarité normale”.

Le procureur Miansoni s’est montré quant à lui soucieux de ne pas “rendre de décision détachée de la réalité du territoire”. Il faut que le jugement soit compris par la population explique-t-il en substance. “Ce dossier renseigne sur une réalité sociale. Cette affaire a le mérite d’avoir été dénoncée. Je regrette l’absence de Madame à la barre”. Regrettant le sort d’une “enfant sans famille, livrée à elle-même et devenue la petite fille à tout faire, il faut clairement sanctionner” conclut-il, réclamant 6 mois avec sursis et obligation d’indemniser la fillette.
La justice suivra ces réquisitions, ramenant en revanche les dommages et intérêts à 1500€.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...