27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilEconomieRessources humaines : des rôles mal clarifiés sources d'abus à Mayotte

Ressources humaines : des rôles mal clarifiés sources d'abus à Mayotte

La semaine dernière se tenaient sur notre île les rencontres territoriales bisannuelles des Directions de ressources humaines des collectivités de La Réunion et de Mayotte, organisées par le CNFPT. De quoi mettre en relief les écarts de maturité entre nos collectivités, et la nécessité de mettre en place un cadre professionnel strict. La preuve par la police municipale de Mamoudzou.

Deux journées pour parfaire les outils de ressources humaines de gestion des agents des collectivités. Et, ironie de l’histoire, ces jeudi et vendredi derniers, alors que sortait le rapport de la Cour des Comptes pointant la désorganisation de 5 grosses collectivités de Mayotte, autorisant tous les abus sur le Supplément familial.

Un gros décalage de maturité entre les collectivités des deux départements de l’océan Indien apparaissait d’ailleurs dans lors des échanges. Mais un séminaire bénéfique pour Mayotte, car si les préconisations du sociologue-consultant Jérôme Grolleau s’adressaient aux administrations au cadre solide, elles fixent un cap et un objectif à atteindre.

L’intervenant mettait en évidence « une manière de parler du travail qui change » en métropole. Le débat ne serait plus aux « conditions de travail », mais à « une demande de reconnaissance ». Preuves que les premières se sont améliorées, mais surtout « l’apparence d’une dimension personnelle et subjective qui amène vers des risques psychosociaux comme la souffrance au travail ». Les psychologues privés le souligneraient d’ailleurs, « avant les gens parlaient de leurs problèmes de cœur, maintenant, ils parlent de leur travail. »

« Ça vous arrive de dire ‘non’ à votre élu ?! »

Le Centre de Gestion rappelait les réalités mahoraises

Le remède se trouve dans la continuité de l’écoute et du travail collectif, « les entretiens d’évaluation doivent se faire en continu ». Et ne pas se contenter de valoriser les agents, d’un « c’est bien » infantilisant, « il faut favoriser son appropriation du travail, en s’intéressant réellement à ce qu’il fait ».

Aussitôt les problématiques mahoraises remontaient parmi les responsables des ressources humaines présents, « mais que faire quand les rôles ne sont pas clairement définis, on est court-circuités par des adjoints aux maires qui contredisent le DGS ! », « moi dans ma mairie, il y a eu des recrutements sans que je sois informé, par contre, quand les émus viennent me voir dès que se pose un problème de procédure », « moi, mes cadres ne se remettent jamais en question, comment je fais ? »

Si Jérôme Grolleau répondait posément qu’il fallait en évidence un cadre professionnel pour fixer les règles du jeu, lui faisait écho, et sans ambages, la directrice des ressources humaines d’une commune du sud de La Réunion, « et ça vous arrive de dire ‘non’ à votre élu ?! Je considère le mien comme mon aléas. Il veut recruter, qu’il recrute, mais moi j’avance quand même ! »

La police municipale-modèle de Mamoudzou

Jean-Luc Chailan exposait un modèle à dupliquer

Il y a pourtant un modèle qui marche au top à Mayotte, et qui revient de loin, celui de la Police municipale de Mamoudzou. C’est un accent du sud de l’Hexagone qui s’élève, Jean-Luc Chailan, Directeur de la Prévention et de la Sécurité urbaine à la Police municipale de Mamoudzou, met depuis un an son expérience de 24 ans à la tête de la police municipale de Caveirac (Gard), pour organiser les services de police municipale de la plus grosse commune de l’île.

Lorsqu’il arrive, les horaires de travail ne sont pas tous effectués, l’absentéisme est élevé, « il n’y avait ni communication en interne, ni contrôle ». Une écoute des 162 agents répartis en 5 services lui a permis de cerner deux catégories, « les Caliméros, ‘l’autre à plus davantage que moi’, et ceux que l’insécurité rebutait dans leurs déplacements. » Il réaffecte les agents dans un nouvel organigramme en fonction de ces critères, dûment assortis de fiches de poste, « tout en les accompagnant ». Et en mettant en place la géolocalisation, « tout le monde a adhéré. »

Monter dans un TGV en marche

L’aléa, c’est l’élu, rappelait cette intervenante réunionnaise

Tous les 3 jours le staff de cadres est réuni, « pas plus d’un quart d’heure », et tous les 15 jours, l’ensemble du personnel, « il faut que tous les agents soient informés de ce qui se passe dans la collectivité ». Ils ont triplé le nombre d’enregistrement des mains courantes.

Il a une image parlante pour illustrer le défi que doivent relever les Mahorais : « En 2012 on leur a dit, ‘il y a un TGV qui passe, il faut le prendre en marche !’ »

Bilan de la restructuration : 80% des agents sont dans la dynamique et tirent les autres, des agents qui se sentent valorisés, en raison notamment d’une montée en compétence, « tout ce qui a été appris lors d’une formation au CNFPT est obligatoirement mis en pratique ». Cette reconnaissance se traduit au niveau de la commune, « avant, la police nationale nous demandait de les accompagner sur des actions, là, sur les contrôles de garages illégaux, c’est nous qui les avons sollicités ».

Et le risque de contournement par l’élu est solutionné, « quand un élu demande quelque chose, ils répondent ‘pas de problème, mais il faut en parler à la direction avant’ ».

Le must du must, et la preuve que tout est possible à Mayotte, tout le monde se les arrache maintenant ! « Et des formateurs de la police nationale veulent intégrer la police municipale ».

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139520
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139520
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...