24.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilOcéan IndienUne petite dizaine de présumés insurgés anjouanais à Mayotte

Une petite dizaine de présumés insurgés anjouanais à Mayotte

A la question du député Kamardine sur une affirmation franche et définitive de la souveraineté de la France sur Mayotte, le nouveau ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, répondait au nom du ministre des Affaires étrangères, pour évoquer l’avenir des présumés insurgés qui sont réfugiées ce mardi 23 octobre à Mayotte.

Lors des questions d’actualité au gouvernement, le député mahorais Mansour Kamardine demandait au ministre des Affaires étrangères une « action diplomatique résolue » face à la constante remise en cause de la souveraineté française sur Mayotte. C’est le tout nouveau ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui lui répondait.

En bottant en touche d’ailleurs, sur la demande du député de mise en place d’une feuille de route franco-française pour une « véritable action au long cours vers la reconnaissance internationale de la souveraineté française sur Mayotte », une terre « française depuis prés de 200 ans », revendiquée « depuis 43 ans (par) un pays étranger ».

Le député déplore que « les promesses du Quai d’Orsay de fermeté vis-à-vis des autorités de Moroni et de mise en place d’un dispositif de défense à l’international de la francité de Mayotte soient retombées, tel un soufflé, dès l’assemblée générale des Nations-Unies de septembre passée ». La question de Mayotte revenant régulièrement au menu de l’assemblée générale de l’ONU.

Une voix de la France « imperceptible », face au « tripatouillage institutionnel des autorités comoriennes », les « emprisonnement de journalistes, d’élus d’opposition » et « aux 20.000 clandestins arrivés en 6 mois à Mayotte ». « Depuis 43 ans, notre diplomatie s’est inscrite dans une stratégie d’évitement », critique-t-il, « se laissant mener en « kwassa-kwassa », par les autorités comoriennes ». (Lire Interpellation de Mansour Kamardine lors des questions d’actualité au gouvernement)

Quelques insurgés au CRA

Le Centre de Rétention Administrative

En réponse, « au nom de Jean-Yves le Drian », le ministre Castaner balayait la question géopolitique, pour évoquer la situation de fin d’insurrection aux Comores, et des insurgés armés, dont “certains se sont échappés et sont arrivés à Mayotte. Il s’agit d’ “évaluer la capacité à accueillir ces personnes et voir leur responsabilité dans les actes commis à Anjouan ». En effet, nous avons eu la confirmation par la préfecture de Mayotte qu’une petite dizaine de personnes se sont présentées aux brigades de gendarmerie de Mamoudzou et de Petite Terre, pour demander l’asile politique à la France. “Mais ils n’étaient pas armés”, nous assure-t-on à la préfecture.

Se revendiquant comme insurgés, ils ont été entendus par les gendarmes qui les ont placé au Centre de Rétention Administrative (CRA). Comme l’expliquait le ministre, leur degré de responsabilité dans les actes de rébellions devra être évaluée, ainsi que la menace de représailles qui pèse sur eux. C’est le travail de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA), dont une mission foraine est actuellement sur le territoire, indiquait encore Christophe Castaner.

S’ils obtiennent, le statut de réfugié politique, ils pourront rester en France, sinon ils seront renvoyés vers leur pays d’origine. Certains ont pu quitter le CRA pendant l’instruction de leur dossier, d’autres non, en raison de précédentes procédures d’éloignement dont ils ont pu faire l’objet.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...