25.9 C
Dzaoudzi
dimanche 26 mars 2023
AccueilEnvironnementUn schéma d’aménagement du territoire de fin de mandature

Un schéma d’aménagement du territoire de fin de mandature

Le laxisme de toujours en terme d’aménagement du territoire a conduit à avoir une hyper concentration économique au nord-est de l’île, synonyme d’embolie sur les routes. Le Schéma d’Aménagement Régional (SAR), tant de fois annoncé, devrait émerger en janvier 2020. Premier atelier ce jeudi.

« Faute de stratégie de développement sur le territoire, nous nous retrouvons avec une concentration des activités à l’est. Il faut rééquilibrer les pôles de développement », le constat est posé par Ismaël Zoubert, Chargé de mission auprès du DGA Pôle de Développement économique, Attractivité du territoire et Formation, au conseil départemental. Une concentration synonyme d’hyper densité des voitures sur les routes, et de réveils de plus en plus matinaux.

Depuis 2011 et la départementalisation, le PADD, Plan d’Aménagement et de Développement Durable adopté en 2009, qui n’est resté qu’un document non décliné, n’est plus en vigueur à Mayotte. C’est le Schéma d’Aménagement régional qui prime sur tout autre document nous a-t-on vanté depuis plusieurs années… sans qu’aucun ne soit rédigé. « Il fallait une volonté politique de rassembler tous les acteurs, alors que jusqu’à présent les documents restaient en interne, au sein d’une seule direction, souligne Nomani Ousseni, conseiller départemental de Sada, membre de la commission Aménagement, et également de la commission Finances. Il a donc reçu carte blanche du président Soibahadine pour mettre en place ce Schéma.

Des partenaires musclés

Nomani OUsseni, à gauche: “Le SAR prend le pas sur tous les autres plans”. A ses côtés, Ismaël Zoubert et Saïd Saïd Hachim

Ce n’est pas qu’une pioche stratégique dans l’opposition de la part de Soibahadine, tous les acteurs du dossier voient en Nomani Ousseni un aménageur né. Mais cette volonté politique affichée sera-t-elle suffisante cette fois ? « Oui, assure ce dernier, car non seulement nous associions tous les services de la collectivité, mais nous travaillons aussi avec la DEAL, l’Etablissement public foncier et d’aménagement, et un agent de la Direction de l’Habitat, de l’Urbanisme et des Paysages, du ministère de la Cohésion du territoire nous accompagne. » En outre, les cofinanceurs s’appellent Agence Française de Développement et Caisse des Dépôts.

Le tableau est complet avec le groupement d’étude sollicité par le conseil départemental, SCE Ateliers up+. Ce dernier a déjà œuvré à Bordeaux, Sète, Toulouse ou Montpellier, sur des quartiers, mais aussi sur l’ensemble d’un territoire comme en Corse », précise Sébastien Ramora, le responsable de l’agence. Il est venu avec Laurence Boumati, architecte, et Thomas Campardou, qui assure la communication.

Sur la partie Département, Saïd Saïd Hachim, administrateur du système d’information géographique, numérisera le SAR et le partagera à travers les plateformes collaboratives.

Mouvement concentrique de l’extérieur vers les terres

Top départ ce jeudi à Longoni, annonce le groupement mené par Ateliers Up+

Il fallait un point de départ, « ce sera le port, dans l’optique de l’ouverture de ‘Mayotte au monde’, source de création de richesse et d’emploi », nom du premier atelier qui se tiendra ce jeudi à Longoni, et qui doit dégrossir les principaux axes de travail. En parallèle, il faut anticiper sur la croissance de la population, “et non plus la subir. Nous estimons 500.000 habitants à l’horizon 2050”, rapporte Sébastien Ramora.

« Ensuite, nous nous demanderons comment l’ensemble des acteurs du territoire peut contribuer au développement de l’île ». Et ce sera le 2ème atelier à Coconi. Des carnets synthétiseront ces échanges et restituera les axes de projet qui auront émergés en séance. Et peu à peu, une carte figeant les zones géographiques sur lesquelles développer tel ou tel secteur, agriculture, tourisme, etc., va se dessiner. « Il s’agit de développer le territoire en préservant les espèces sensibles. »

« Pour formaliser tout ça, nous avons commandé une carte de Mayotte, de 5 mètres par 2, en 3D, qui va voyager autour de l’île avec un chapiteau itinérant », annonce Laurence Boumati.

Au niveau de l’agenda, c’est ric-rac. Nous sommes bientôt à la moitié de l’année 2019, et tout doit être bouclé avant les élections départementales et régionales (ex-cantonales) de 2021. Bien avant même. « Nous devons en effet mener les ateliers en 2019, pour qu’en janvier 2020, le SAR soit adopté par le conseil départemental puis reçoive l’autorisation du préfet. Nous devons ensuite le mettre à disposition du public, avant que soient menés les échanges entre les ministères. Ensuite, il revient au CD pour approbation par le conseil d’Etat. Nous étions partis pour que cela soit approuvé en 2021, mais ce serait le livrer en l’état à une nouvelle équipe au Département. Il faut que nous ayons le temps de commencer à le décliner. »

Il vaut mieux tard que jamais, dit l’adage, la stratégie de développement du territoire est donc dans les mains de l’élu et des acteurs cités, pour que l’horizon du « Mayotte de demain », « Maore messo », qu’est le SAR, ne soit pas sans cesse repoussé.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

12 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...