28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 mars 2024
AccueilorangeCombani/Mirereni : un conflit qui date, le maire appelle à la raison, « il...

Combani/Mirereni : un conflit qui date, le maire appelle à la raison, « il y a eu trop de victimes, trop de blessures »

Des querelles qui remontent à des temps immémoriaux, et qui se traduisent actuellement par des actes politiques où on ne sait qui joue quoi. Il va falloir en sortir, appelle le maire Mohamed Bacar. Qui est attendu sur les investissements à mener à Mirereni.

Rapportant la réunion qui s’est tenue en mairie sur les violences entre Combani et Mirereni, nous avions interrogé sur l’origine de la guerre que se mènent les deux villages à coup de pierres. Chacun reporte sur l’autre la faute originelle.

Une habitante de Mirereni a pris la plume ce samedi, pour s’adresser au maire de la commune, Mohamed Bacar, aux conseillers départementaux, à l’interco 3CO, aux cadis, au préfet. Elle déroule la pelote des incidents, pour remonter au 4 septembre 2020, où « quatre jeunes de Miréréni qui voulaient aller au lycée de Kahani et Sada mais qui n’avaient pas de bus, ce sont rendus à Combani pour tenter de faire de l’autostop et se rendre à leurs établissements respectifs. Ils se sont fait tabasser et dépouiller”. (Voir Lettre d’une habitante de Mirereni).

Mais en allant plus loin, c’est depuis l’enfance que cette habitante de 40 ans remonte ses souvenirs douloureux, voire depuis deux générations. Un grief que les Combaniens pourraient à coup sûr tenir. Elle évoque un « mépris institutionnalisé » envers ce village de la commune de Tsingoni. Le 1er adjoint au maire lui même nous avait expliqué que le village de Mirereni souffre d’un sous-développement en infrastructures, et convoque l’Histoire pour expliquer ces bagarres, avec un village de Combani peuplé par des Grands-comoriens, alors que Mirereni abriterait plutôt des Anjouanais.

Des violences inouïes contre les véhicules de gendarmes sur zone à Combani

Le jugement du prophète

Mohamed Bacar, qui en est à son deuxième mandat, nous faisait part ce dimanche, des démarches entreprises pour calmer un conflit qui paralyse le centre de l’île, « malgré l’implication des élus locaux, le drame a eu lieu car des personnes sont agressées, des maisons sont brûlées, des voitures sont caillassés et incendiées. Conséquences. Les pompiers et le SMUR refusent d’intervenir sur le territoire de Combani et Mirereni. »

Et sur le déséquilibre d’investissement au détriment de Mirereni, s’il juge que ce n’est pas le seul sujet, il reste prégnant dans ses explications : « Les gens de Miréréni veulent une reconnaissance, du respect et des biens matériels. » Il assure que des programmations sont prévues, « nous allons doter Mirereni d’infrastructures de première nécessité. »

En attendant, il en appelle à la religion pour apaiser les esprits (voir Les explications de Mohamed Bacar), dont « Le prophète nous apprend que parmi les sept catégories de personnes dont Dieu ne voudra même pas leur adresser le regard le Jour du Jugement Dernier, il y a celle qui maltraite son voisin jusqu’à se faire détester par ce dernier ».

Le maire appelle à changer les comportements pour que le calme revienne sur la commune : « Nous savons que des adultes, d’un côté comme de l’autre prennent part à ces conflits et considèrent ces délinquants comme des héros. Ces personnes leurs apportent assistance et matériels. Entre temps, c’est la population qui souffre beaucoup de situation infernale. Il est temps de mettre terme à ce conflit, d’un côté comme de l’autre puisqu’au delà des dégâts matériels (véhicules et maisons incendiées) et humains (agressions), ce sont surtout des traumatismes psychologiques et mentaux chez les populations. Des familles, des amis, des collègues se sont aussi déchirés parce qu’il s’agit bien des proches qui se battent entre eux. Les commanditaires entre temps sont restés loin de tout ça. Il y a eu trop de victimes, trop de blessures. Les dégâts sont aussi immenses et indéchiffrables.
Je formule donc le vœu que le calme, la paix et la sérénité regagnent les cœurs des uns et des autres et que les usagers de la commune puissent de nouveau se déplacer, se rencontrer, vaquer à leurs occupations en toute sécurité. Nos enfants ont besoin d’aller à l’école pour apprendre pour devenir à leur des hommes et des femmes responsables. Tout cela ne sera pas possible si de chaque côté on ne prend pas ce problème à bras le corps en rejetant cette violence absurde qui ne fait qu’empoisonner nos vies. La politique politicienne est terminée. »

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...