27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 28 février 2024
AccueilorangeIncendie de la mairie de Koungou : « C’est la France qui est visée »,...

Incendie de la mairie de Koungou : « C’est la France qui est visée », dénoncent les élus, qui demandent « fermeté et détermination »

Que ce soit un acte volontairement symbolique ou un méfait de plus pour les voyous caillasseurs, l’incendie de la mairie a provoqué des réactions en chaine.

Vers 21h ce lundi soir, trois véhicules garés sur le parking de la mairie de Koungou étaient incendiés, avec l’intention manifeste que le feu se propage au bâtiment, une des représentations de la République. Un peu plus tôt, c’était le poste de police municipale qui était la proie des flammes.

Au cours de la nuit, la gendarmerie a interpellé trois individus pour des caillassages, « sans rapport direct avec l’incendie », nous indique-t-on.

Dans l’ordre d’apparition, c’est le député Mansour Kamardine qui le premier a condamné l’incendie, « Face à la violence barbare et aux incendies volontaires de la mairie et de la police municipale de Koungou, suite au début des opérations de reconquête du quartier Carobolé, j’en appelle à la plus grande fermeté et une détermination sans faille. »

Autre élu, le conseiller départemental de Pamandzi et ancien président du département, Daniel Zaidani, s’adresse au représentant de l’Etat à Mayotte, « Monsieur le Préfet de Mayotte, ces scènes de guerre quotidiennes sur nos routes, dans nos villes, dans nos quartiers sont intolérables. Il est grand temps que le gouvernement se saisisse des violences commises à l’encontre des Mahorais. Nous vous demandons pour une énième fois de garantir le pacte sécuritaire sur le 101ème Département. Stop à l’impunité des délinquants et stop à la faiblesse dont fait preuve les autorités à Mayotte. »

Pour l’Association des maires de Mayotte, à travers ce double incendie, « c’est la France qui est ici visée, c’est Mayotte que certains, qui refusent un État de droit, essaient de déstabiliser (…) Nous demandons au gouvernement représenté ici par le Préfet, de tout faire pour ramener le calme tout en assurant la sécurité des Mahorais. Tous les Maires soutiendront l’Etat dans ses actions visant à faire appliquer l’Etat de droit. Les fauteurs de trouble doivent être identifiés, interpellés et mis hors d’état de nuire. »

Sur sa page Facebook, le ministre des Outre-mer « condamne les actes de violences » : « Les forces de sécurité sont déterminées à rétablir l’ordre. J’assure au maire et à ses équipes tout mon soutien. Nous continuerons à lutter contre l’habitat illégal malgré ces actions. »

La mairie abrite les symboles de la République

« A Mayotte, l’autorité de l’Etat est défiée en permanence »

Le président des LR de Mayotte, également maire de Tsingoni, commune où des affrontements entre bandes perturbent le quotidien des habitants depuis un an, élargit la problématique : « A Mayotte, l’autorité de l’Etat est défiée en permanence. Il suffit de voir ce qui se passe actuellement au centre de l’île où règne un climat d’insécurité depuis plusieurs mois. Les populations sont à bout de souffle. Ils font l’objet d’attaques et terreurs quotidiens. Leurs biens sont saccagés ou pillés (…) Agir pour enfin sécuriser Mayotte et mettre fin à ces ‘no-go-zone’ qui se multiplient et qui mettent à feu et à sang le Département de Mayotte voilà la boussole qui doit orienter l’action du chef de l’Etat. »

« C’est notre république qui est mise à terre », accuse le Rassemblement National, « quand les Ministres Lecornu, Darmanin et Dupond-Moretti comprendront la souffrance des Mahorais ? »

Pour Soula Saïd Souffou, président du mouvement « Le Temps d’agir », « S’attaquer aussi violemment à la république et à ses symboles dans la commune de Koungou revient à déclarer ouvertement la guerre à la France (…) L’État doit écouter davantage les élus locaux et consacrer davantage de moyens à la sécurisation de nos frontières et à la reconquête de la sécurité de notre territoire. »

Les deux Collectifs des citoyens ont aussi condamnés les faits. Celui d’Estelle Youssouffa, qui « constate la vacuité absolue des engagements des ministres Darmanin et Lecornu, Mayotte » présents il y a un mois à Mayotte, et « Face au climat insurrectionnel dans l’île », réclame « l’état d’urgence à Mayotte et l’envoi de renforts pour ramener l’ordre public. »

Celui de « Mayotte en SousFrance » dénonce un département qui s’est transformé en « prison à ciel ouvert à 1800km de Paris », et interroge, « quand l’état dira stop et mettra les moyens qu’il faut tant au niveau humain, judiciaire etc. pour permettre aux mahorais de vivre en paix, que nos enfants puissent aller à l’école en paix ? »

A. P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...