29.9 C
Dzaoudzi
lundi 26 février 2024
AccueilorangeL’éruption du volcan Tonga, une source d’enseignements pour l’appréhension du volcan de...

L’éruption du volcan Tonga, une source d’enseignements pour l’appréhension du volcan de Mayotte ?

Dans le cadre de l’événement 24h-Outremer portée par le ministère de l’Intérieur, les préfets de chaque territoire ultramarin ont échangé avec le porte-parole du ministère sur une problématique locale. A Mayotte, la conversation s’est portée sur la crise sismo-volcanique, et ce au lendemain des événements survenus aux îles Tonga. De quoi soulever une question : une telle éruption est-elle possible sur l’île au lagon ?

Au cours de ces 24h dédiées par le ministère de l’Intérieur aux territoires ultramarins, l’occasion a été donnée de faire le point sur la crise sismo-volcanique de l’île au lagon. Et si d’aucuns pourraient s’étonner du choix du sujet face à la prépondérance des enjeux de l’eau, de la pauvreté ou encore de la délinquance, c’est bien celui-ci qui a été choisi.
«  On a tous en tête ce qu’il s’est passé aux îles Tonga ces derniers jours » évoque le préfet au début des échanges, évoquant l’éruption immense de la semaine dernière, dont l’onde de choc s’est fait ressentir jusqu’au 101ème département. Et celui-ci de reprendre : « On n’a pas attendu Tonga et son phénomène pour être prêt, et développer une campagne de surveillance et de sensibilisation ».

 

Le préfet en plein échange avec le porte-parole du ministère

Thierry Suquet reprend ainsi l’historique de la crise sismique à Mayotte : les inquiétudes en 2018, la création du réseau de surveillance, les différentes campagnes de sensibilisation et de vulgarisation scientifique à l’intention de la population… Les travaux menés avec l’université de Montpelier étaient également évoqués, notamment la vaste campagne de repérage des points hauts répartis sur toute l’île pour abriter en cas de danger. Mais aussi l’installation des sirènes et les exercices menés chaque premier mercredi de chaque mois, la création d’un site internet dédié à la crise, les actions du rectorat, les campagnes relayées par les médias et acteurs de la société civile… Tout un historique qui n’est pas sans rappeler que Mayotte a fait bien du chemin depuis la première secousse ressentie, en 2018. Mais il est une phrase du préfet qui n’est pas sans faire réagir :  «  Ce qui s’est passé aux Tonga nous interpelle. On se demande s’il peut se passer le même phénomène à Mayotte, et si on peut en tirer des leçons ». Le jeune volcan de Mayotte appelle à faire le parallèle : de tels événements seraient-ils envisageables sur l’île au lagon ?

Les images du volcan produites par les scientifiques (Capture “Naissance d’un volcan”)

«  On est dans un contexte complètement différent »  déclare Charlotte Mucig, directrice du BRGM. « C’est vraiment un préalable qu’il faut garder. Là-bas, c’est une zone de subduction, deux plaques qui se rapprochent. L’une coule sous l’autre à une vitesse comprise entre 15 et 20 cm par an, ce qui génère un magma riche en gaz qui a tendance à être explosif ». Et ce avec une chaîne de volcan, que d’aucuns nomment « la chaîne de feu du Pacifique », créant un contexte avec une forte activité sismique et volcanique. Tandis qu’à Mayotte, comme l’indique l’experte, la situation relève d’un jeu de faille qui s’active avec le déplacement de la plaque sur laquelle on se trouve, qui se déplace vers l’Est à une vitesse de quelques millimètres par an. « C’est un contexte complètement différent » reprend Mme Mucig. D’ailleurs, les dernières éruptions en date sont effusives.
Néanmoins, si l’on s’intéresse au caractère explosif, « On a eu par le passé ce genre de phénomènes à Mayotte », comme en attestent les cratères de Petite-Terre, Moya, Petit Moya, Dziani, et les traces de cratères sur Grande-Terre,  à Cavani ou Kawéni. Des traces qui sont « d’éruptions phréatomagmatiques : lorsque le magma entre contact avec l’eau et crée ce genre de morphologies, on a des éruptions explosives également » explique la directrice du BRGM.

Le lac Dziani à Mayotte, un ancien cratère, bourré de Spiruline à sa surface

De plus, l’on retrouve une autre zone appelée fer à cheval, à 10 à 15 km de Petite-Terre, en forme de Caldera, où l’on observe un dégazement important. « Il y a là aussi des témoins d’une activité passée, dont une activité probablement explosive ».  Mais une fois encore, les situations sont très différentes : la zone fer à cheval est à 1500 m de profondeur, là ou celle du Tonga est à 300m sous l’eau, soit subaffleurante. «  Et il faut garder en tête que l’éruption du Tonga est assez majeure, même pour cette situation donnée par rapport aux éruptions déjà produites. Même par le passé à Mayotte, il est probable qu’il n’y ait jamais eu ce genre d’intensité ». Toutefois, c’est « riche d’enseignement de voir ce qu’il se passe ailleurs » reprend Charlotte Mucig. Car en effet, le tsunami du Tonga ne correspond pas aux éventualités modélisées à Mayotte. « Ce sont des pistes de réflexions que ces exemples qui se passent ailleurs peuvent nous apporter ».

Rien de bien alarmant à retenir donc, sinon des enseignements. De plus, aucun réseau de surveillance n’existe dans la zone de Tonga, avec une première station sismique à 700 kilomètres, et une station GPS à 50 km. Et ce là où à Mayotte, L’on possède 8 stations sismiques, 9 stations GPS, une station de mesure de gaz, ainsi que de nombreux équipements, sans compter les différentes missions océaniques de surveillance.
« Et l’intérêt de cette surveillance, c’est de déceler tout signe précurseur qui viendrait indiquer le début d’un activité » conclut la directrice du BRGM.

Mathieu Janvier

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...