27.9 C
Dzaoudzi
mardi 23 avril 2024
AccueilEconomieLégislatives : la cagnotte qui tient en haleine les partis

Législatives : la cagnotte qui tient en haleine les partis

A travers les échéances politiques, c’est une question de gros sous que jouent les partis politiques qui sont financés grâce à une double dotation de l’Etat lorsque leurs poulains deviennent députés.

S’il est une élection où les candidats peuvent rapporter gros à leur parti, c’est bien celle qui les amène sur les bancs de l’Assemblée nationale. Ce n’est pas pour rien que les leaders politiques évoquaient ce 3ème tour de la présidentielle dès dimanche soir dernier. Si bien sûr il est question de force politique appuyant ou s’opposant à la majorité en place, il s’agit aussi de compter ses deniers.

Ce scrutin va en effet conditionner les revenus des partis politiques, sous la forme de deux dotations de l’Etat. Dès qu’un parti décroche au moins 1% des suffrages dans 50 circonscriptions au 1er tour, chaque voix lui rapporte 1,42 euro, chaque année pendant 5 ans. Le second pactole tombe après le second tour : pour chaque candidat envoyé à l’Assemblée nationale, le parti reçoit environ 37.000 euros par an, jusqu’au prochain renouvellement.

Les tendances des années précédentes accréditent l’idée que l’enchainement des deux scrutins, présidentielle et législatives, bénéficie au parti vainqueur du premier. Ainsi, en 2017, La République en Marche avait perçu, grâce à ses 333 parlementaires, plus de 20 millions d’euros, publiait le Figaro du 19 avril 2022.

2ème tour des législatives 2017 dans le Nord

Peu de mariages en vue, ça nuit à la corbeille

Assistera-t-on à la même tendance cette année ? En tout cas, on comprend la frilosité des partis à la moindre évocation d’un rassemblement, Yannick Jadot (EELV) avait indiqué que son rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon n’était pas une mauvaise idée, « mais impossible à concrétiser ». Car en cas de double appartenance, chacun doit ensuite retrouver ses petits pour bénéficier des subventions. Il en va de la survie du parti.

Interrogé par le Figaro, Daniel Fasquelle, trésorier d’un parti LR à l’agonie, implore un « système plus vertueux, mois brutal », rajoutant « tout se joue sur une élection, ça me choque ». Il propose de prendre en compte les élections intermédiaires, dans une sorte de lissage du succès… ou de l’échec. Son argument est de ne pas favoriser à outrance un parti qui est au pouvoir, et donc maitre des finances.

Contrairement à ce qui se passe notamment à Mayotte, les partis n’ont donc pas intérêt à multiplier les candidats, les investitures sont là pour ça.

Plusieurs partis ont plus gros à jouer qu’il y a 5 ans, le RN, endetté, les LR et le PS. Dans une élection qui se joue davantage sur la proximité que la présidentielle, certains pourront davantage compter sur un ancrage territorial, comme les LR, mais rien n’est joué, certains candidats ayant des envies d’ailleurs depuis la bérézina de la présidentielle.

Dans cette élection au scrutin uninominal (on élit une personne et non une liste), majoritaire et à deux tours, un candidat peut l’emporter lors du 1er tour s’il obtient 50% des suffrages exprimés qui doivent représenter au moins 25% des inscrits. Lutter contre l’abstention devrait donc être la première des campagnes à mener par les candidats… s’ils veulent contribuer à renflouer leur parti.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...